Zaccharie Risacher, le basketteur français qui marche dans les pas de Victor Wembanyama

Zaccharie Risacher, le basketteur français qui marche dans les pas de Victor Wembanyama

Comme Victor Wembanyama en 2023, le jeune basketteur de Bourg-en-Bresse Zaccharie Risacher pourrait être sélectionné en première position de la prochaine draft NBA à la fin du mois de juin. Ce joueur de 2,07 m vient d’honorer, à 18 ans, sa première sélection en équipe de France.

Publié le :

5 mn

Un an après la folie Wembanyama, un autre basketteur français pourrait devenir numéro 1 de la draft NBA. Zaccharie Risacher est annoncé en tête des joueurs sélectionnables dans la dernière prévision du grand média sportif américain ESPN. Et même s’il ne fait pas tourner les têtes de la planète basket comme le faisait Victor Wembanyama il y a un an, ce jeune joueur est la révélation française de la saison en Betclic Élite, le championnat de France de basket. À tel point qu’il vient d’honorer à 18 ans sa première sélection en équipe de France.

Le sélectionneur des Bleus, Vincent Collet, a en effet convié Zaccharie Risacher pour les deux matches de qualifications à l’EuroBasket 2025 contre la Croatie (victoire 73-61 vendredi 23 février à Brest) et la Bosnie-Herzégovine (le 26 février à Tuzla). Malheureusement, l’ailier de 2,07 m s’est ouvert la lèvre en se prenant un coup de coude seulement 4 minutes après son entrée en jeu et est forfait pour la rencontre en Bosnie. Mais ses performances lors des quelques jours du stage de préparation n’ont pas laissé le sélectionneur français indifférent.

« C’est un jeune qui a beaucoup de talent et on ne s’arrête pas à ce qu’il a pu faire ce soir, a-t-il déclaré en conférence de presse après la rencontre face aux Croates. Il a vraiment montré de très belles choses pendant tout le stage. À tous les entraînements qu’on a pu faire ici à Brest, il était vraiment au niveau et donc très prometteur pour la suite. (…) Il aurait joué davantage s’il n’avait pas pris ce coup malencontreux dès qu’il est rentré. »

Lors du stage, Vincent Collet avait d’ailleurs comparé la précocité de Zaccharie Risacher à celle de Victor Wembanyama. « La valeur n’attend pas le nombre des années. Quand quelqu’un est vraiment au-dessus, comme pour Victor l’an dernier, il ne faut pas attendre », avait-il souligné en conférence de presse.

Un profil taillé pour la NBA

De fait, la trajectoire de cette nouvelle pépite du basket français ressemble à s’y méprendre à celle de la néo-star des San Antonio Spurs. Les deux joueurs sont passés par les bancs de l’ASVEL, l’un des plus grands clubs français. Et tous les deux ont finalement opté pour un club moins huppé pour gagner en temps de jeu : Boulogne-Levallois pour « Wemby » et Bourg-en-Bresse pour Zaccharie Risacher.

À lire aussiEn NBA, Victor Wembanyama confirme les attentes et impressionne

Un choix payant qui lui a permis de passer de 2,6 points et 1,3 rebond en 12,9 minutes de moyenne la saison dernière à 10,1 points et 3,4 rebonds en 22 minutes cette année. Des performances qui lui ont valu d’être désigné meilleur jeune du championnat en octobre et novembre, meilleur joueur de toute la ligue en décembre et d’être sélectionné pour le All-Star Game, un match de gala opposant les meilleurs Français de Betclic Élite aux meilleurs étrangers.

Très adroit à trois-points pour un joueur de cette taille – il est le meilleur joueur de l’Eurocup (deuxième compétition européenne) dans cet exercice avec 56,1 % de réussite – polyvalent et capable de défendre aussi bien sur des petits ou des grands. Son profil athlétique et sa maturité sont particulièrement appréciés des recruteurs des équipes NBA.


« La NBA connaît bien Bourg-en-Bresse maintenant. Il y a énormément de scouts [observateurs des clubs en charge de conseiller les recruteurs, NDLR] qui viennent voir jouer Zaccharie. Ils sont parfois cinq ou six en même temps. Ils posent énormément de questions. Et je vois que ça ne change rien à son attitude, c’est assez bluffant », a jugé son entraîneur, Frédéric Fauthoux, sur la plateforme Skweek, qui diffuse le championnat de France.

Fils de l’ancien international Stéphane Risacher

Il faut dire que Zaccharie Risacher a grandi avec un ballon de basket dans les mains – tout comme sa sœur, Aïnhoa, qui joue déjà, à 16 ans, en Ligue féminine (LFB) chez les professionnelles. Elle a été désignée l’été dernier meilleure joueuse du championnat d’Europe des moins de 16 ans qu’elle a remporté avec la France. Son père, Stéphane Risacher, est un ancien international français (123 sélections), champion de France avec le PSG Racing en 1997 et vice-champion olympique avec les Bleus en 2000 à Sydney. Il a donc logiquement été son premier coach et suit de près son évolution, lui donnant régulièrement son avis sur les progrès qu’il doit encore faire et sur ses choix de carrière.

« Mon père a une place particulière dans ma vie et dans ma carrière, il me conseille beaucoup. Après, comme je le dis souvent, le basket a toujours fait partie de ma vie. Donc on en parle de manière assez décontractée. Il y a des temps importants comme les choix de carrière, mais quotidiennement, c’est très décontracté », déclarait Zaccharie Risacher au site franceinfo en décembre.

Sa blessure subie avec les Bleus contre la Croatie ne devrait pas l’empêcher de reprendre normalement sa saison avec Bourg-en-Bresse, actuellement troisième en Betclic Élite et également directement qualifiée pour les quarts de finale de l’Eurocup après avoir fini la première phase en tête de son groupe.

Et comme pour Victor Wembanyama, les fans de la NBA du monde entier pourront suivre la fin de saison de Zaccharie Risacher sur l’application de la célèbre ligue américaine. Après avoir acheté les droits de diffusion des matches de Boulogne-Levallois l’an dernier, le patron de la NBA, Adam Silver, a signé un nouveau partenariat avec la LNB en janvier pour diffuser un match par semaine du championnat de France sur son application. Preuve de l’engouement autour de la pépite de Bourg-en-Bresse : les rencontres du club bressan représentent jusqu’ici 50 % des diffusions.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *