Victor Osimhen, un Super Eagles au firmament du football africain

Victor Osimhen, un Super Eagles au firmament du football africain

De notre correspondant au Maroc – Les CAF awards 2023 ont sacré lundi le Nigérian Victor Osimhen joueur africain de l’année. Une consécration pour l’attaquant passé par Lille et qui fait désormais les beaux jours de Naples en Serie A. Face à la récompense, le joueur a mesuré le chemin parcouru et se projette déjà plus loin : la CAN 2024 où il veut voir les Super Eagles triompher.

Publié le :

6 mn

Qui pouvait contester la victoire à Victor Osimhen ? Le Nigérian de 24 ans a été sacré, lundi 11 décembre, joueur africain de l’année. Une juste récompense après une saison brillante avec Napoli et le Nigeria, qu’il a respectivement conduit au sacre en Serie A et à la qualification pour la CAN qui débute en janvier 2024.

Au classement établi par un panel d’experts de la CAF, il devance l’Égyptien Mohamed Salah (Liverpool) et le défenseur marocain Achraf Hakimi (Paris Saint-Germain). La logique a été respectée : le 30 octobre, il s’était classé 8e du Ballon d’Or et meilleur Africain du classement. Il était également le premier Nigérian à faire partie du top 10.

 

« C’est un rêve qui devient réalité pour moi. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont accompagné tout au long de mon parcours pour réaliser mes rêves et atteindre mes objectifs », a déclaré le Nigérian lors d’une expéditive conférence de presse, la faute à un avion devant le ramener à temps en Europe pour son match de Ligue des champions.

Une enfance difficile à Lagos

Peut-être s’est-il rapidement repassé ce chemin tortueux parcouru pour en arriver là lorsque le président de la CAF Patrice Motsepe lui a remis le trophée doré… A-t-il notamment revu son enfance au pied d’Olusosun, l’immense décharge de Lagos, où il grandit comme le benjamin d’une fratrie de sept enfants ?

Le quotidien y est difficile alors que Victor perd rapidement sa mère tandis que son père peine à trouver du travail. Le gosse de Lagos s’accroche au football comme à une bouée de sauvetage et son grand frère Andrew sacrifie ses propres rêves de carrière pour l’aider. Alors que son père le rêve médecin, il insiste pour rejoindre l’Ultimate Strikers Academy de Lagos.

« Dès mon plus jeune âge, j’ai voulu me consacrer au football parce que c’est le ballon qui m’a toujours rendu heureux et m’a aidé à oublier ce qui m’entourait », avait-il déclaré au Napoli Magazine en 2022. « Même lorsque je jouais pieds nus au Nigeria, lorsque je ne vivais pas mes journées mais que je pensais seulement à survivre chaque jour. Et pour un enfant, ce n’est pas facile. »

Son destin bascule lorsqu’il rejoint les sélections nationales de jeunes. Emmanuel Amunike, légende du football nigérian et sélectionneur des moins de 17 ans des Super Eagles, se laisse convaincre par le talent du jeune homme et décide de l’emmener disputer la Coupe d’Afrique des nations 2015 des moins de 17 ans.

Il y marque à quatre reprises et termine meilleur buteur de la compétition. En toute logique, il poursuit l’aventure avec Amunike et dispute la Coupe du monde U17. Dix buts plus tard – un record –, Victor Osimhen hisse les jeunes Nigérians sur le toit du monde. Et le prodige attire les regards aux quatre coins de l’Europe.


La galère en Allemagne, l’éclosion en Belgique et à Lille

C’est finalement le club allemand de Wolfsburg qui décroche le gros lot. Il signe son contrat début 2017 mais Victor Osimhen multiplie les galères. Les blessures sont récurrentes, l’adaptation au climat européen se passe mal et il ne joue quasiment pas pour sa première demi-saison. Pire, après une visite à sa famille lors de la trêve estivale, il contracte la malaria, ce qui le prive de la préparation de début de saison. Le club allemand ne compte dès lors plus sur lui.

Proposé en prêt, Osimhen atterrit donc en Belgique à Charleroi, en manque de confiance et à court de forme. Mais le miracle opère ; le Nigérian se place enfin à la hauteur des promesses placées en lui. Son bilan en fait l’un des artificiers les plus en vue de son championnat, avec 19 buts inscrits sur la saison 2018/2019. Charleroi lève l’option d’achat et le revend dans la foulée à Lille.

Au Losc, il a la lourde charge de succéder à l’Ivoirien Nicolas Pépé, comme fer de lance de l’attaque. Nouveau pari réussi avec un bilan de fin de saison, même tronqué par la crise sanitaire liée au Covid-19, plus que positif : 13 buts et quatre passes décisives en 27 matchs. Clin d’œil de l’histoire, il succède d’ailleurs à Pépé au palmarès du Prix Marc-Vivien Foé, décerné par France 24 et RFI au meilleur joueur africain de Ligue 1.

Sacré avec Naples

De quoi attirer une nouvelle fois les convoitises… C’est finalement Naples qui casse sa tirelire pour 80 millions. Et Victor Osimhen va se montrer digne de la confiance placée en lui : il devient très rapidement indiscutable et porte même l’équipe jusqu’à son troisième titre de champion d’Italie, inscrivant 26 buts, dont celui qui sacre officiellement le club de Diego Maradona à 5 journées de la fin. Il est aussi le premier Africain à terminer meilleur buteur du championnat d’Italie.

 


Victor Osimhen est une des coqueluches des supporteurs qui le surnomme parfois le « buteur masqué ». Depuis un choc brutal fin 2021 qui lui avait causé de multiples fractures de l’orbite de l’œil et de la pommette gauche, l’attaquant international nigérian évolue en effet avec un masque de protection frappé du logo VO9, devenu un objet fétiche convoité par les tifosis et fans des Super Eagles.

Briller avec le Nigeria, le prochain défi

Pour Victor Osimhen, le Nigeria sera le prochain défi à relever. Après des débuts brillants chez les jeunes, il peine à y obtenir des résultats à la hauteur de son potentiel. Certes, il a déjà un podium à son actif mais lors de cette édition 2019, il n’a joué que 45 minutes.

Au Cameroun, en 2022, les Super Eagles ont d’abord impressionné en poule avant de s’effondrer complètement en huitièmes de finale. Ils échouent également à se qualifier pour le Mondial-2022 au Qatar.

« Nous avons beaucoup de joueurs talentueux avec le Nigeria », affirme Victor Osimhen qui se veut ambitieux. « Ce n’était que le début. Le but sera de remporter la CAN en janvier. Nous serons concentrés à 100 %. »

Une belle performance en Côte d’Ivoire serait un nouveau beau clin d’œil de l’histoire. Il y brillerait devant Didier Drogba, son idole de toujours.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *