Une vague de froid s’abat sur la France, les pouvoirs publics mobilisés

Une vague de froid s'abat sur la France, les pouvoirs publics mobilisés

Une vague de froid déferle sur la France depuis dimanche. La journée de mardi devrait être la plus froide, selon Météo France. Les températures négatives, provoquant des gelées « généralisées », ont poussé certaines préfectures, dont celle d’Île-de-France, à activer leur plan « Grand froid ».

Publié le :

4 mn

 

Un épisode de froid, qui traverse une grande partie de la France depuis dimanche 7 janvier, va s’intensifier jusqu’à mardi, avec des températures négatives.

Face à l’évolution des conditions météo, le président Emmanuel Macron a demandé au gouvernement « d’accélérer les réponses » aux inondations qui ont frappé le Pas-de-Calais pour « aider les populations sinistrées, les plus précaires et les sans-abris ».

Après une « période particulièrement douce pour la saison », le froid va « s’installer pour une bonne partie de la semaine prochaine », selon Météo France, les températures perdant progressivement plus de 10 degrés à l’échelle nationale en seulement quelques jours. Des gelées « généralisées » sont attendues à partir de lundi.

À lire aussiUne vague de grand froid s’abat sur l’Europe du Nord, avec des températures sous les -30 °C

 

Dimanche déjà, les températures ressenties, souvent accentuées par le vent, ont pu descendre à -10°C dans la matinée sur les hauteurs, à Saint-Flour (Cantal, 900 mètres d’altitude) par exemple. Dans la soirée, le mercure est descendu à zéro (à Sarrebourg, Epinal, Amiens) voire à des températures négatives (Valenciennes, Laon, Arras), principalement dans le nord et l’est de la France.

60 départements en vigilance jaune neige et verglas

La journée de mardi devrait être la plus froide, avec des températures négatives en matinée sur la quasi-totalité du pays : -5°C à Belfort, -3°C à Lille, -2°C à Paris, Bordeaux et Rennes, 0°C à Lyon et Toulouse… Mais 9°C à Marseille.

Ce jour-là, l’indicateur thermique national (moyenne de la température relevée dans 30 stations météorologiques du territoire) pourrait passer en dessous de 0°C, ce qui n’est plus arrivé depuis février 2018, soit près de 6 ans.

Dès dimanche, 60 départements ont été placés en vigilance jaune (deuxième niveau sur quatre) neige et verglas, seules les façades atlantique et méditerranéenne étant épargnées.

Dans le village de Hauteluce (Savoie), quatre personnes ont été blessées lorsqu’un autocar transportant 52 voyageurs « a glissé sur la neige et s’est couché sur le bas-côté », ont indiqué les pompiers à l’AFP.

Par ailleurs, onze départements des massifs montagneux sont en vigilance jaune avalanches. Les Pyrénées ont enregistré d’importantes chutes de neige, provoquant des difficultés de circulation au-dessus de 500 mètres d’altitude.

Des plans « Grand froid » activés

À partir de lundi, 40 départements seront placés en vigilance jaune grand froid.

Certaines préfectures ont activé leur plan « Grand froid », notamment celles des Côtes-d’Armor, de Maine-et-Loire ou de la région Île-de-France qui ouvre 100 places de « mises à l’abri » des publics les plus vulnérables dès dimanche soir, et 274 pour la semaine à venir.

D’autres, comme dans les Hauts-de-Seine, le Bas-Rhin ou en Loire-Atlantique, ont annoncé la mise en place de dispositifs de prévention et de vigilance. Ces décisions permettent également de mobiliser des places d’hébergement supplémentaires pour les personnes sans domicile, notamment en réquisitionnant des gymnases.

Les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais sont eux toujours en vigilance orange crues et la Première ministre Élisabeth Borne est attendue mardi dans la région où la baisse des températures inquiète les habitants touchés par les inondations.

« Tout le monde a peur de cette vague de froid. Il y a des gens qui n’ont plus le chauffage dans leur maison, parfois depuis novembre », témoigne, auprès de l’AFP, Jackie Aube qui alimente une page Facebook sur l’actualité de la région de Saint-Omer. « Les maisons sont humides. Avec des températures négatives, on peut avoir des conséquences sur la structure. On attend le printemps avec impatience. »

Météo France précise qu' »avec le changement climatique, des vagues de froid sont encore possibles alors même que le climat se réchauffe ». Mais ces vagues sont devenues « plus rares, moins longues et moins intenses » au cours des 35 dernières années et l’épisode de froid attendu dans les prochains jours ne remplit pas les critères d’une « vague de froid » proprement dite.

Les « quatre vagues de froid les plus longues et les plus sévères » ont été observées il y a plus de 30 ans précise l’organisme, en février 1956, janvier 1963, janvier 1985 et janvier 1987.

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *