Un droit de réponse de l’Association France Cricket

404

À la suite de la publication de l’enquête intitulée « Matches fantômes, finances opaques : les pratiques controversées de l’Association française de cricket », en version article, et « Exclusif : le cricket français face à un scandale de matches fantômes », en version vidéo, publiée le 7 novembre 2023, l’Association France Cricket nous a adressé un droit de réponse, que nous reproduisons ci-dessous.

« Le 7 novembre 2023, France 24 a publié sur son site web (www.france24.com) un article intitulé « Matches fantômes, finances opaques : les pratiques controversées de l’Association française de cricket », dont les auteurs sont Monsieur Peter O’Brien et Gregor THOMPSON.

 

https://www.france24.com/fr/france/20231107-matches-fant%C3%B4mes-finances-opaques-les-pratiques-controvers%C3%A9es-de-l-association-fran%C3%A7aise-de-cricket

 

Le même jour, une vidéo intitulée « Exclusif : le cricket français face à un scandale de matches fantômes » a également été publiée sur le même site web.

 

https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/focus/20231107-exclusif-le-cricket-fran%C3%A7ais-face-%C3%A0-un-scandale-de-matches-fant%C3%B4mes

 

Par le présent droit de réponse, encadré par la loi n°2004-575 du 21 juin 2004, dite loi LCEN, et son décret d’application n°2007-1527 du 24 octobre 2007, France Cricket entend répondre, point par point, aux graves accusations portées à son encontre et/ou relayés, sans le moindre fondement, par France 24.

 

On peut tout d’abord lire dans cet article :

 

« Des joueurs, clubs et membres récents de France Cricket accusent l’organisation d’actes frauduleux pour enjoliver l’image du cricket français afin d’obtenir des fonds du Conseil international du cricket (ICC), tout en manquant de transparence sur l’utilisation de ces fonds. »

 

Or, comme il sera détaillé ci-après, France Cricket ne s’est jamais rendue coupable du moindre « acte frauduleux » et n’a jamais « manqué de transparence » sur l’utilisation des fonds versés par la Fédération internationale de cricket (ICC).

 

Comme toutes les fédérations nationales de cricket, France Cricket fait l’objet de la part de l’ICC de contrôles réguliers approfondis, le versement des subventions de l’ICC étant notamment conditionné à un processus de reporting, de contrôle et de validation préalable par l’ICC chaque trimestre.

 

Mr Andrew WRIGHT, responsable du développement européen au sein de l’ICC, le confirme d’ailleurs dans l’article incriminé puisqu’il indique que l’ICC disposed’un « processus permettant de s’assurer que les niveaux d’activité de cricket dans un pays sont vérifiés et des contrôles sont en place ».

 

Les bilans comptables sont envoyés au moins 15 jours à l’avance à tous les présidents des clubs, sont validés lors des assemblées générales ordinaire et sont audités chaque année par un cabinet d’expertise comptable indépendant.

 

Il convient de noter que les comptes annuels de France Cricket ont été approuvés à une écrasante majorité au cours des 4 dernières années :

 

 

  • Comptes annuels 2022 (AG 19/03/2023) : 52 pour, 9 contre, 5 abstentions, 8 nuls
  • Comptes annuels 2021 (AG 26/03/2022) : 44 pour, 17 contre, 9 absentions
  • Comptes annuels 2020 (AG 19/06/2021) : 58 pour, 0 contre, 6 absentions, 6 nuls
  • Comptes annuels 2019 (AG 20/06/2020) : 66 pour, 8 contre, 12 abstentions

 

 

D’une manière générale, France Cricket remplit évidemment toutes ses obligations en tant que membre associé de l’ICC par l’envoi régulier de son suivi financier, ce qui n’a provoqué aucune réaction défavorable de sa part.

 

La grande majorité des clubs de cricket ainsi que l’ICC sont très satisfaits de la gouvernance ainsi que de la gestion de France Cricket et font confiance à l’équipe de direction en place.

 

Tout dirigeant de club de cricket est le bienvenu dans les bureaux de France Cricket pour consulter les comptes de l’Association (voir compte rendu de l’Assemblée Générale du 26 mars 2022).

 

On peut ensuite lire dans l’article incriminé :

 

« Mais, après avoir enquêté et mené des entretiens avec plusieurs personnes ayant collaboré avec France Cricket, France 24 révèle que ces chiffres ont probablement été surévalués. »

 

France 24 laisse planer un doute sur la véracité des chiffres communiqués par France Cricket, sans pour autant apporter la moindre preuve à l’appui de ses sous-entendus.

 

Puis, les auteurs de l’article poursuivent : 

« Elle [Tracy Rodriguez] n’a pas vu de matches se dérouler. Deux ou trois fois, j’y suis allé et les gens pique-niquaient sur le terrain avec leurs enfants en train de faire du vélo autour à l’heure des matches. Et le jour suivant, je voyais des résultats affichés pour ces matches sur le site internet”, raconte-t-elle. »

Or, France Cricket tient à préciser que les résultats affichés sur son site Internet sont ceux qui lui sont communiqués via les feuilles de matchs remis par les arbitres à l’issue de chaque match.

 

L’auteur de l’article va bien plus loin en indiquant que :

 

« Le match de deuxième division féminine [du 02/09/2023] n’a, semble-t-il, jamais suivi. »

 

Or, il est incontestable que le résultat de la demi-finale de deuxième division féminine entre le club de Saint-Omer et le Paris Knight Riders du 2 septembre 2023, tel que publié sur le site internet de France Cricket, est bien celui qui a été communiqué à France Cricket par les arbitres de cette rencontre via la feuille de match.

 

« De nouveau, la rencontre [du 16/09/2023], prévue à Dreux, n’a jamais eu lieu. »

 

Or, là encore, il est également incontestable que le résultat de la finale de la deuxième division féminine entre les Paris Knight Riders et le Balbyniens Cricket Club 93 du 16 septembre 2023, tel que publié sur le site internet de France Cricket, est bien celui qui a été communiqué à France Cricket par les arbitres de cette rencontre via la feuille de match.

 

Il convient de préciser qu’au sein des différentes compétitions nationales de cricket, plusieurs centaines de rencontres de cricket se disputent chaque saison. Ainsi, pour la saison 2023, un total de 464 matchs ont été organisés sur la période courant du 01/04/2023 au 15/10/2023 !

 

Les « obligations d’après match » et les « règles d’« homologation des résultats » sont respectivement prévues aux articles 11 et 12 des « Règlements Généraux des compétitions officielles et du Code de Conduite de France Cricket » (Edition 2023), qui s’appliquent à toute compétition organisée par France Cricket et qui font partie intégralement du règlement de chacune de ces compétitions.

 

« […] 11.6. La Feuille de Match, les Feuilles de score ainsi que « L’I-Roster » sont envoyés par les arbitres au siège de France Cricket ou par email ([email protected]) au plus tard 48 heures après le match, le cachet de la Poste faisant foi.

 

12. HOMOLOGATION DES RÉSULTATS

 

12.1. La CSNC se réunit chaque semaine lorsqu’il y a eu un ou des matchs pour valider les résultats et les classements des championnats qui sont ensuite publiés sur le site de France Cricket […]. »

 

S’agissant des deux rencontres qualifiées de « matchs fantômes » dans l’article incriminé, France Cricket tient à préciser que les obligations d’après match prescrites à l’article 11 du Règlement susvisé ont été pleinement respectées et exécutées, à la suite de quoi la Commission Sportive Nationale Cricket (CSNC) a validé les résultats, entrainant leur publication sur le site de France Cricket, ce conformément aux dispositions de l’article 12 dudit Règlement.

 

Les accusations portées à l’encontre de France Cricket quant à l’organisation de pseudo « matchs fantômes » sont donc dénuées de tout fondement et sont extrêmement graves, ce d’autant plus que celles-ci ont été relayées par de multiples médias en France comme à l’étranger, causant à France Cricket un grave préjudice notamment en terme d’image.

 

France Cricket se réserve donc évidemment le droit de mettre en œuvre toutes procédures appropriées, tant sur le plan civil que pénal, pour faire sanctionner ces accusations infondées et obtenir réparation de son entier préjudice.

 

Il convient de préciser que France Cricket n’a pas été destinataire d’une copie des vidéos prétendument prises par France 24 les 2 et 16 septembre 2023, de sorte que, compte tenu du caractère indiscutablement polémique et « à charge » de l’article comme du reportage incriminés, France Cricket émet évidemment de très sérieux doutes quant au caractère réel et surtout probant desdites vidéos.

 

Les auteurs de l’article incriminé poursuivent :

« L’un des griefs de Marjorie Guillaume est lié à la manière opaque dont France Cricket gère ses finances. Elle a rapidement noté « beaucoup d’incohérences » dans la manière dont l’organisation élabore son budget. Puis, « on est arrivés à un point où ils trouvaient que je posais trop de questions ». 

« Lors d’une réunion avec l’ICC plus tard à Birmingham, France Cricket a demandé à sa directrice générale de ne pas s’impliquer dans le budget pour 2022. »

Ces accusations, qui émanent de l’ancienne Directrice Générale de France Cricket, sont très vagues et ne font état d’aucun fait précis.

Madame Guillaume a été recrutée par France Cricket le 1er janvier 2022 et est sortie de ses effectifs le 5 juillet 2023. Elle avait pleinement accès à la comptabilité de France Cricket, via la responsable administrative et le trésorier général, qui ne lui ont jamais opposé le moindre refus.

Ainsi, chaque fois que Madame Guillaume a demandé des informations ou explications sur les comptes, la responsable administrative lui a toujours envoyé les éléments demandés dans les temps.

D’ailleurs, il est clairement établi que Madame Guillaume a préparé le budget prévisionnel 2023 en vue de sa communication à l’ICC dans la mesure où elle a personnellement transmis à l’ICC, par courriel du 26/10/2022, le budget prévisionnel de France Cricket pour 2023 !

Comment Madame Guillaume aurait-elle pu élaborer ce budget 2023 sans avoir accès à la comptabilité 2022 ?

Les auteurs de l’article incriminé poursuivent :

« Où va l’argent donc ? Marjorie Guillaume affirme que France Cricket dépenserait « des centaines de milliers d’euros » pour du matériel de cricket qui resterait sous clé dans le sous-sol du siège de France Cricket, à Saint-Maurice près de Paris. « Je n’ai jamais été autorisée à descendre au sous-sol pour voir l’équipement », dit-elle. France 24 n’a pas pu vérifier de manière indépendante ces affirmations. »

Là encore, France 24 reproduit des propos sans le moindre fondement, Madame Guillaume, alors Directrice Générale de France Cricket, ayant évidemment toujours eu accès à l’ensemble des locaux du siège social de France Cricket. Madame Guillaume détenait un double des clés des bureaux de France Cricket et un « pass » est à la disposition de tous les salariés, leur permettant d’accéder au stockage du matériel de cricket. Madame Guillaume pouvait donc y accéder quand elle le souhaitait, soit 7jours sur 7 et 24h/24. 

 

Les auteurs de l’article incriminé ajoutent que :

« Après son tumultueux mandat à la tête de France Cricket, Marjorie Guillaume a adressé ses plaintes à l’ICC. Selon un décompte effectué par France 24, au moins cinq personnes, dont l’ancienne directrice générale, ont exprimé leurs doutes sur la gestion du cricket français auprès de l’instance internationale. »

Interrogé à ce sujet par le Conseil de France Cricket, Maître Alexis RUTMAN, Monsieur WRIGHT a indiqué par courriel du 24/11/2023 qu’aucune plainte écrite n’a été adressée par Madame Marjorie Guillaume ou par d’autres individus en France à l’ICC (« no written complaints were sent to ICC by Marjorie Guillaume or other individuals in France »).

Là encore, France Cricket se réserve le droit de mettre en œuvre toutes procédures appropriées, tant sur le plan civil que pénal, pour faire sanctionner toutes les accusations infondées formulées à son encontre et obtenir réparation de son entier préjudice. 

 

En particulier, les propos de Madame Marjorie GUILLAUME, ancienne Directrice Générale de France Cricket, tels que relayés dans l’article incriminé, constituent une tentative de déstabilisation de l’association française de cricket et présentent à l’évidence un caractère diffamatoire, justifiant le dépôt d’une plainte à son encontre.

 

Plus généralement, les propos de Madame Sabine LEURY, Madame Tracy RODRIGUEZ, Madame Irma VRIGNAUD, Monsieur Pradeep CHALISE et Monsieur James WORSTEAD, tels qu’également relayés dans l’article incriminé, participent également de ce processus de dénigrement systématique et de cette tentative de déstabilisation de France Cricket mis en œuvre par quelques individus seulement depuis de nombreuses années.

 

En conclusion, France Cricket invite tous les médias qui le souhaitent à prendre rendez-vous pour venir consulter au siège de l’Association, ses bilans analytiques et comptables, les rapports d’audit indépendant, les fichiers relatifs aux résultats des compétitions ou encore les fichiers des sanctions prises à l’encontre des Clubs et joueurs (amendes et autres).

 

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *