Tournoi des Six Nations : la France relève la tête en s’imposant largement au pays de Galles

Tournoi des Six Nations : la France relève la tête en s'imposant largement au pays de Galles

Le XV de France a retrouvé des couleurs et de l’allant dans le Tournoi des Six Nations dimanche à Cardiff contre le pays de Galles en remportant une large victoire assortie d’un bonus offensif (45-24). Le choix de la jeunesse a payé, les nouveaux Bleus se montrant très entreprenants offensivement. À l’image de l’étincelant demi-de-mêlée Nolann Le Garrec, auteur d’un essai et désigné homme du match.

Publié le :

4 mn

Le XV de France, largement remanié et rajeuni, s’est donné de l’air en s’imposant avec le bonus au pays de Galles (45-24), dimanche 10 mars, lors de la quatrième journée du Tournoi des Six Nations.

Après le lourd revers contre l’Irlande (38-17), la victoire heureuse en Écosse (20-16) et le nul piteux face à l’Italie (13-13), les Bleus ont rempli leur contrat : assurer une victoire à défaut d’être complètement rassurants.

« Ça fait un bien fou », a reconnu Charles Ollivon au micro de France 2. « On s’est retrouvé, vous avez vu le public, on avait l’impression d’être en France, c’était vraiment sympa », s’est félicité le troisième ligne à la fin du match.

Les hommes de Fabien Galthié ont pu s’appuyer sur cinq essais marqués par le centre du Racing 92 Gaël Fickou (22e) et son partenaire le demi de mêlée Nolann Le Garrec (29e), puis par le pilier George-Henri Colombe (65e), le deuxième ligne Romain Taofifenua (69e) et enfin le demi de mêlée remplaçant Maxime Lucu (80e).

Ils ont aussi pu compter sur la réussite au pied de l’ouvreur et buteur Thomas Ramos, auteur de 20 points dans cette rencontre et nouveau recordman du nombre de transformations en équipe de France (64).

Les Tricolores n’ont désormais plus perdu face aux Gallois depuis le quart de finale de la Coupe du monde 2019 au Japon et une défaite étriquée (20-19). Ils n’avaient toutefois plus gagné à Cardiff avec un tel écart depuis 2007 et une victoire 34 à 7.

Les Gallois craquent en deuxième mi-temps

Dix-sept ans plus tard, les Bleus avaient surtout besoin de montrer un autre visage après une entame de Tournoi compliquée. Avec une discipline de fer retrouvée (trois pénalités concédées), ils ont certes fait preuve de plus d’envie que contre l’Irlande, été plus conquérants qu’en Écosse et moins fantomatiques que devant l’Italie mais tout n’a pas été parfait.

Notamment en défense où le mur mis en place par l’Anglais Shaun Edwards, qui a passé onze ans au pays de Galles (2008-2019), s’est une nouvelle fois lézardé : par trois fois, la défense française s’est ouverte, permettant à l’ailier Rob Dyer (9e), au demi de mêlée Tomos Williams (29e) et au centre Joe Roberts (43e) d’inscrire leur essai. De quoi mettre alors en tête le pays de Galles (24-20), toujours en quête d’une victoire dans ce tournoi.

Heureusement pour les coéquipiers de Grégory Alldritt, les Français ont aussi retrouvé ce French flair qui leur faisait défaut, à l’image de la chistera pleine d’audace du demi de mêlée Nolann Le Garrec (33e). Désigné homme du match, le jeune joueur du Racing 92 a étalé toute sa classe pour sa première titularisation et montré qu’il avait les épaules pour devenir le numéro 2 dans la rotation, derrière l’intouchable Antoine Dupont.

Un des autres bizuths, le centre Nicolas Depoortère, a également livré une partition complète, tout comme l’ouvreur et buteur Thomas Ramos et le deuxième ligne Thibaud Flament.

Malgré tout, face à des Gallois qui ne brillent plus dans le Tournoi depuis trois ans (deux victoires, onze défaites), les Bleus, signe de leur fébrilité latente, se sont fait peur avant de surclasser leurs hôtes, qui ont craqué physiquement.

Ce succès salvateur permet aux Français de souffler un peu. Il leur offre surtout une semaine de répit avant d’aller à Lyon affronter une équipe Angleterre revigorée et convaincante, qui vient de faire chuter l’Irlande (23-22). Des Anglais qui auront à coeur de faire payer aux Français l’humiliation vécue voilà un an dans le Tournoi lorsque les Bleus s’étaient très largement imposés (53-10) à Twickenham.

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *