« On voulait retrouver les Éléphants » : Emerse Faé satisfait du match de la Côte d’Ivoire

"On voulait retrouver les Éléphants" : Emerse Faé satisfait du match de la Côte d'Ivoire

Première réussie pour Emerse Faé. À 40 ans, il a pris place sur le banc de la Côte d’Ivoire pour succéder à Jean-Louis Gasset, limogé en plein compétition, et guider les Éléphants pour la fin de la CAN 2024. Le sélectionneur commence bien, avec une victoire contre le champion en titre sénégalais en huitième de finale. Mais le jeune coach préfère rester humble au micro de France 24.

Publié le : Modifié le :

3 mn

Mission impossible accomplie pour Emerse Faé ! L’Ivoirien, nommé sélectionneur par interim des Éléphants après la déroute contre la Guinée équatoriale, a accompli l’exploit de battre le Sénégal, champion d’Afrique en titre, en huitième de finale de la CAN 2024

Venu au micro de France 24 après le match, le jeune coach de 40 ans – le plus jeune de la compétition – a affiché sa satisfaction après la qualification de la Côte d’Ivoire, mais refuse de s’enflammer.

À lire aussiQui est Emerse Faé, « l’homme de terrain » en mission impossible pour la Côte d’Ivoire ?

Quel était le plan pour battre le Sénégal ?

Le plan, c’était de retrouver une solidarité et de retrouver un bloc équipe. De faire front ensemble, de défendre ensemble, d’attaquer ensemble. Il n’y avait pas un plan particulier pour bloquer tel ou tel joueur, mais on voulait vraiment se retrouver. On voulait retrouver des hommes, on voulait retrouver les Éléphants.

Comment avez-vous vécu ce premier match en tant que sélectionneur ?

C’était bon. Quand il y a un résultat comme ça, ça fait toujours plaisir. Avant le match, c’était une pression particulière… On revenait de loin. On avait à cœur de montrer que ce qui s’est passé la semaine dernière, c’était un accident.  [C’était une pression particulière] parce qu’on jouait contre la meilleure équipe d’Afrique du moment, qui a fait un premier tour exceptionnel avec trois matches, trois victoires, huit buts marqués contre un seul encaissé.

J’ai demandé à mes joueurs de ne pas lâcher, de ne rien lâcher. Donc moi même, je n’ai rien lâché et j’ai tout donné. Et nous avons eu la qualif’ !

Êtes-vous soulagés et relancés dans la CAN ?

Pas du tout. Ce n’est même pas une victoire ce soir, c’est un match nul. Donc on a gagné un match sur quatre, on a perdu deux matches, on a fait un nul, c’est bien. On sort un peu la tête de l’eau parce qu’on revient de très très loin. On est passés par la petite porte, on doit rester humble et continuer à travailler. Si possible ne pas faire de bruit. On laisse le Maroc ou le Nigeria être favoris. Nous, on va se concentrer sur les quarts de finale et puis on va voir après ce qu’il se passe.

Est-ce enfin la communion avec le public ivoirien ce soir ?

On connaît le public ivoirien. On sait que la première chose qu’il veut, c’est que c’est que les joueurs mouillent le maillot. À partir du moment où on mouille le maillot, le public est en phase avec nous. Il faut qu’on continue comme ça, car quand quand tu joues à domicile et que tu as ce soutien du public, c’est merveilleux ? Ça te donne encore plus de force quand le 12e homme est avec toi.

Donc on va tout faire pour continuer à mouiller le maillot, à se battre, à faire les efforts ensemble. C’est comme ça qu’on aura nos nos supporteurs avec nous.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *