in

Toulouse: évadé de l’hôpital psychiatrique, le “cannibale des Pyrénées” agresse une septuagénaire

Police france
En 2013, cet ancien militaire avait tué un homme de 90 ans avant de lui manger la langue et le coeur. Trois ans plus tard, il est diagnostiqué pénalement irresponsable, souffrant de stress post-traumatique et de schizophrénie, et placé en structure psychiatrique.

Jérémy Rimbaud, surnommé le “cannibale des Pyrénées”, reconnu coupable d’avoir assassiné puis mangé le coeur et la langue d’un homme en 2013, s’est échappé de l’hôpital psychiatrique où il est interné mercredi, a appris BFMTV ce vendredi, confirmant une information de la Dépêche du Midi. Il a été interpellé quelques heures plus tard, après avoir agressé une vieille dame.

Selon nos informations, la victime, âgée de 72 ans, promenait son chien a proximité de son domicile, mercredi soir peu avant 22 heures, lorsqu’elle a été agressée. Jérémy Rimbaud l’a assenée de coups avec une matraque jusqu’à ce qu’un voisin, alerté par les cris, n’intervienne.

Le “cannibale des Pyrénées” se serait alors réfugié dans les escaliers d’une maison toute proche. Encerclé par plusieurs voisins, l’agresseur aurait tenu des propos incohérents, évoquant “l’enfer” pour justifier son acte. Prévenues, les forces de l’ordre l’ont finalement interpellé et placé en garde à vue. Les services de police s’aperçoivent rapidement qu’il s’agit de l’homme qui s’est échappé de l’hôpital psychiatrique plus tôt dans la journée.

“Il tapait sur la tête, avec les bras”

La victime, grièvement blessée mais consciente a été transportée en urgence à l’hôpital. Elle présente des plaies au niveau du crâne et une fracture de l’avant-bras.

“Je sortais pour promener mon chien, j’ai entendu quelqu’un courir. Je me suis retournée et c’était ce type qui arrivait avec un énorme bâton levé. Et là, il a commencé à me tabasser. J’ai hurlé, je me suis protégée la tête, parce qu’il tapait sur la tête, avec les bras”, a-t-elle témoigné auprès de RTL.

Jérémy Rimbaud a de son côté été raccompagné à l’hôpital psychiatrique, son état n’étant pas compatible avec une garde à vue.

En 2013, cet ancien militaire avait tué un homme de 90 ans avant de lui manger la langue et le coeur. Trois ans plus tard, il est diagnostiqué pénalement irresponsable, souffrant de stress post-traumatique et de schizophrénie, et placé en structure psychiatrique.

Les circonstances de sa fuite de l’hôpital ce mercredi restent floues. Selon nos informations, le préfet de la Haute-Garonne a demandé à ce qu’il soit placé en secteur fermé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.