in

Procès du balcon d’Angers : l’architecte affirme qu’il “ignorait” tout du chantier

L’architecte et maître d’œuvre de la résidence “Le Surcouf” à Angers, dont l’effondrement d’un balcon a tué quatre étudiants et blessé quatorze autres en 2016, a affirmé jeudi qu’il “ignorait tout du déroulé et du contenu” de la construction du bâtiment.

Construite à partir de 1997 et livrée en octobre 1998 avec une réception “sans réserve”, la résidence “Le Surcouf”, située dans le centre-ville d’Angers, compte 20 logements d’habitations, un ensemble “relativement petit”, a commenté la présidente du tribunal, Catherine Ménardais.

En mars 1997, l’entreprise Comine, maître d’ouvrage, a passé un contrat avec le cabinet d’architecte Rolland afin d’assurer la maîtrise d’œuvre complète du projet, pour huit millions d’euros.

“J’ignore tout le déroulé et le contenu”

Cette mission complète “comporte toutes les phases de la construction, les études préliminaires, l’obtention du permis de construire, les avant-projets, les appels d’offres et le contrôle, la surveillance et la réception des travaux”, a rappelé Mme Ménardais.

L’architecte Frédéric Rolland, l’un des cinq prévenus, qui exerçait alors en entreprise individuelle et non sous la forme juridique d’une société, a expliqué qu’il s’agissait d’un bâtiment sans “complexité architecturale particulière”.

“Le contrat a été signé par le secrétaire général (du cabinet Rolland, décédé depuis, ndlr) avec le tampon de l’atelier Rolland et sa signature”, a expliqué M. Rolland, qui a repris en 1989 l’affaire de son père.

“L’atelier s’appelle Frédéric Rolland, je suis l’architecte de l’agence (…) C’est un projet dont j’ignore tout le déroulé et le contenu. Je suis le titulaire d’un contrat que je n’ai pas signé, comme les contrats précédents”, a déclaré M. Rolland.

Source: https://www.ladepeche.fr/2022/02/10/proces-du-balcon-dangers-larchitecte-affirme-quil-ignorait-tout-du-chantier-10101610.php

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.