in

Nordahl Lelandais reconnaît avoir tué à Maëlys et présente « ses excuses »

Nordahl Lelandais reconnaît avoir tué à Maëlys et présente « ses excuses »

L’ancien maître-chien militaire de 38 ans est jugé à partir de ce lundi 31 janvier à Grenoble pour le meurtre précédé de l’enlèvement et de la séquestration de la fillette de 8 ans et demi, fin août 2017. Interrogé par la présidente après la lecture de son rapport sur les faits, l’accusé a reconnu aussi « avoir bien tué Maëlys ».

« Je tiens à présenter mes excuses à la famille de Araujo ». Nordahl Lelandais a reconnu lundi 31 janvier à son procès à Grenoble « avoir bien donné la mort à Maëlys. Je ne voulais pas lui donner la mort », a poursuivi l’accusé, après la lecture du rapport sur les faits de la présidente, Valérie Blain. Lecture qu’il a écoutée avec attention, en restant impassible. « Je m’expliquerai sur les faits au cours de l’audience », a-t-il ajouté.

La personnalité du suspect en question

L’audience se poursuivra cet après-midi avec le début de l’examen de la personnalité de l’accusé. Nordahl Lelandais est jugé jusqu’au 18 février par les assises de l’Isère. Il a longtemps nié le meurtre de la petite Maëlys, le 27 août 2017, avant d’être confondu en février 2018 par la découverte d’une micro-goutte de sang dans le coffre de sa voiture désossée par les enquêteurs.

Il déclare alors avoir tué « involontairement » la fillette en lui portant des coups très violents au visage. Et conduit les magistrats, enquêteurs et avocats là où il a abandonné le corps, sur un site escarpé du massif de la Chartreuse.

Lors de ce procès, Nordahl Lelandais devra aussi répondre d’agressions sexuelles sur deux de ses petites-cousines, âgées de 5 et 6 ans en 2017. S’expliquer aussi sur des images pédopornographiques retrouvées dans son ordinateur et ses téléphones. Moins d’un an après sa condamnation à vingt ans de prison pour le meurtre du caporal Arthur Noyer, l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.