Nelson Epée: la nouvelle attraction arrière du Stade Toulousain


Un nouveau bijou dans l’écrin du Stadium. Peu de joueurs ont eu l’honneur de disputer leur premier match en équipe première au Stadium. Son entraîneur Clément Poitrenaud fait partie de cette espèce privilégiée. Trois jours après, Nelson Epée a encore les yeux tout écarquillés : « Franchement, ça restera gravé. J’étais un peu déçu de la défaite mais j’étais très heureux de faire ma première. Surtout avec ce groupe. Et au Stadium. Je m’en souviendrai toute ma vie. »
Du Stadium, le jeune homme qui fêtera ses 21 ans dimanche, ne connaissait que les sièges de spectateurs qu’il avait occupés avec son père pour voir le Stade mais également le TFC ; son papa ayant un penchant pour le ballon rond. Jusqu’à ce que Nelson lui inocule le virus ovale.

Made in Saverdun

Pour arriver au rugby, il a fallu auparavant que Nelson Epée, dont l’hyperactivité nécessitait qu’il se défoule, touche un peu à tous les sports : du judo, du basket, de la natation, du tennis. Les expériences n’ont jamais duré plus de deux mois. Puis ce fut le tour du rugby : « Un jour, je suis arrivé au rugby et je me suis dit, c’est ça que je veux faire. » Nelson avait alors sept ans. Et l’école de rugby fut son école de la vie. Et à l’heure où on met logiquement de plus en plus les clubs formateurs à l’honneur, c’est Saverdun dans l’Ariège qui est sous les feux des projecteurs. Les spectateurs du Stadium vendredi soir l’ont appris par le biais d’une banderole qui eut les honneurs du diffuseur. Nelson lui, entièrement tourné vers son match, ne l’a vu que bien plus tard : « J’étais concentré et je ne l’ai pas aperçu quand elle a été affichée à l’écran géant. Je l’ai juste vu à la fin et à ce moment-là, je suis allé les remercier et prendre la photo avec tous les petits de l’école de rugby car c’était moi dix ans en arrière. » On n’oublie jamais d’où on vient, ni le club formateur. C’est le code du rugby. La suite, elle se conjugue également en rouge et noir puisque Nelson arrive au Stade Toulousain en cadets. Et l’an dernier, il décroche avec les Espoirs, son premier titre de champion de France.

Vous avez dit Kolbe ?

Mais depuis quelques semaines déjà, il faisait parler de lui par sa ressemblance physique (1,75 m pour 76 kg) et dans le jeu avec un certain Cheslin Kolbe qu’il a eu en face de nombreuses fois lors des entraînements. Aujourd’hui, les deux hommes ont conservé des liens et le Sud-Africain lui a même envoyé un petit message pour le féliciter après son premier match en équipe une. Et quand Nelson parle de Cheslin, c’est avec des étoiles dans les yeux : « C’est le meilleur joueur que j’ai vu jouer sur un terrain. Au Stade, il m’a épaulé et m’a donné pas mal de conseils. Je l’ai eu en face à l’entraînement un paquet de fois ces dernières saisons et cela m’a permis de m’améliorer. » Mais pourquoi ne l’a-t-on pas vu plus tôt en équipe première ? Réponse classique au Stade Toulousain : parce qu’il est avec l’équipe de France… Mais cette fois, ce n’est pas les Bleus de Dupont et compagnie… C’est avec l’équipe de France de rugby à VII qu’il s’illustre dans le cadre d’un double projet VII-XV.

Chronométré à 38 km/h

Et les vidéos où il casse les hanches de ses adversaires sont de plus en plus nombreuses. Sa vitesse de pointe (il fut chronométré à 38 km lors d’un stage) est évidemment son atout principal. En attendant de retrouver le circuit de VII au mois de mars avec l’équipe de France, l’ailier est donc remis à disposition du Stade Toulousain. Et lui goûte ce double projet même s’il faut à chaque fois se réadapter : « Ce sont deux disciplines différentes mais elles sont complémentaires. Je m’épanouis autant sur un terrain de XV que de VII qui m’a permis de m’améliorer sur le jeu au sol, et les prises d’initiatives. Cela ne fait que six mois que je suis avec ce groupe de France VII, mais je me régale vraiment, je progresse de jour en jour. Cela m’apporte de la confiance. Quand on me l’a proposé, j’appréhendais un peu. Mais si c’était à refaire, je le referai cent fois. » À XV, pour sa première face au Stade Français, l’ailier a toutefois bénéficié de beaucoup moins d’espaces que d’habitude. Et c’est principalement en défense qu’il fut sollicité. Il attendra donc encore un peu avant de marquer son premier essai. Mais pour l’heure, dans une période difficile pour le club, c’est une pause fraîcheur.

Source: https://www.ladepeche.fr/2022/02/15/nelson-epee-la-nouvelle-attraction-arriere-du-stade-toulousain-10112766.php


Commentaires

Commentaires

Choose A Format
Personality quiz
Series of questions that intends to reveal something about the personality
Trivia quiz
Series of questions with right and wrong answers that intends to check knowledge
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
List
The Classic Internet Listicles
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Open List
Submit your own item and vote up for the best submission
Ranked List
Upvote or downvote to decide the best list item
Meme
Upload your own images to make custom memes
Video
Youtube and Vimeo Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF
Gif
GIF format