Naufrage d’un chalutier espagnol au large du Canada : il est « improbable » de retrouver des survivants selon les autorités canadiennes


Les secours canadiens ont estimé mercredi qu’il était « improbable » que des survivants soient retrouvés en mer au lendemain du naufrage d’un chalutier espagnol au large du Canada avec à son bord 24 marins, la plus grande tragédie depuis près de 40 ans pour le secteur de la pêche espagnole. Le « Villa de Pitanxo », un chalutier de 50 mètres de long ayant pour attache le petit port de Marín, en Galice, dans le nord ouest de l’Espagne, a sombré mardi matin à 450 kilomètres des côtes de Terre-Neuve, dans les eaux glacées de l’Atlantique.

« Il est maintenant improbable que d’autres survivants soient retrouvés », a indiqué le lieutenant Nicolas Plourde-Fleury, porte-parole des forces armées canadiennes, alors que seuls trois marins souffrant d’hypothermie ont été secourus par un bateau de pêche espagnol et ont été évacués par hélicoptère. Neuf ont été retrouvés morts et douze autres sont toujours recherchés. Les secours avaient d’abord annoncé avoir repêché dix corps mais ont rectifié mercredi : « Nous avons révisé ce matin notre bilan: neuf corps ont été retrouvés et non pas dix comme nous le pensions », a expliqué le lieutenant Nicolas Plourde-Fleury.

Les recherches se poursuivent malgré tout dans l’Atlantique où les secours, qui ont mobilisé plusieurs bateaux, un avion et un hélicoptère, ont dû faire face dans la nuit à des « vagues de dix mètres » et à des vents très forts, a indiqué Brian Owens, porte-parole canadien du centre de coordination et de sauvetage.

Pire tragédie depuis 1984

Cet accident est « la plus grande tragédie depuis 38 ans » pour le secteur de la pêche espagnole, a souligné le ministre espagnol de l’Agriculture et de la Pêche, Luis Planas, en référence au naufrage du chalutier « Islamar III », qui avait fait 26 morts au large de l’archipel espagnol des Canaries en juillet 1984. Selon M. Planas, huit navires sont actuellement mobilisés dans la zone du naufrage pour tenter de retrouver les disparus. Parmi eux figurent des navires appartenant aux « autorités canadiennes » aidés par « des bateaux de pêche espagnols et portugais », a-t-il précisé.

À Madrid, les députés espagnols ont observé une minute de silence dans l’hémicycle. « L’Espagne se réveille sous le choc ce matin », a insisté la présidente du Parlement, la socialiste Meritxell Batet. « Une fois de plus, les gens de la mer sont frappés de plein fouet » par une tragédie, a affirmé Alberto Núñez Feijóo, président de la région de Galice, qui a décrété trois jours de deuil en Galice.

« On veut juste savoir »

Pour les proches des marins, le manque d’informations devenait insupportable près de 36 heures après le naufrage. Dans la ville de Marin, en Galice, deuxième région au monde pour la production de conserves de poisson et de crustacés, les journalistes se pressaient devant les grilles de l’armateur Nores, propriétaire du bateau. Contactée par l’AFP, l’entreprise qui ne souhaite « pas communiquer avant la fin des recherches » ne laissait passer que les familles et proches des marins dans son enceinte, où des psychologues de la Croix-Rouge les accueillaient, a constaté un journaliste de l’AFP. Sur l’avenue longeant le port de Marin, une enseigne lumineuse municipale affichait son « Soutien au Villa de Pitanxo », avec le dessin de la silhouette du bateau. Une minute de silence est prévue à 20H00 (heure espagnole) devant la mairie de la ville portuaire en hommage aux victimes du drame. « On veut juste savoir s’il est vivant ou mort.

Donnez-nous les noms », a imploré Carlos Ordóñez, en assurant auprès du quotidien galicien La Voz de Galicia être toujours dans l’attente de nouvelles de son neveu William Arévalo. « On sait ce qui se passe quand on tombe dans des eaux comme celles de Terre-Neuve. La survie n’est qu’une question de minutes », a-t-il déploré. « Je suis dévastée (…) j’ai quatre enfants (…) qui me demandent quand Papa reviendra », a dit, en sanglots, à la presse, Luzmar, épouse d’Edwin Cordoba, l’un des membres péruviens de l’équipage porté disparu. Le capitaine du bateau Juan Padín Costa et son neveu Eduardo Rial Padin font en revanche partie des trois survivants, a indiqué la mère de ce dernier à la télévision publique. « Je suis soulagé car il est vivant mais si triste car on ne peut pas dire la même chose pour tant de ses collègues », a déclaré Gloria Padin Costas. D’après les autorités espagnoles, l’équipage était composé de seize Espagnols, cinq Péruviens et trois Ghanéens.

Source: https://www.ladepeche.fr/2022/02/16/naufrage-dun-chalutier-espagnol-au-large-du-canada-il-est-improbable-de-retrouver-des-survivants-selon-les-autorites-canadiennes-10115175.php


Commentaires

Commentaires

Choose A Format
Personality quiz
Series of questions that intends to reveal something about the personality
Trivia quiz
Series of questions with right and wrong answers that intends to check knowledge
Poll
Voting to make decisions or determine opinions
Story
Formatted Text with Embeds and Visuals
List
The Classic Internet Listicles
Countdown
The Classic Internet Countdowns
Open List
Submit your own item and vote up for the best submission
Ranked List
Upvote or downvote to decide the best list item
Meme
Upload your own images to make custom memes
Video
Youtube and Vimeo Embeds
Audio
Soundcloud or Mixcloud Embeds
Image
Photo or GIF
Gif
GIF format