in

Elle donne les restes de sa nourriture à un sans-abri. Puis elle se rend compte que quelque chose ne va pas

Dans une ère marquée par l’individualisme, nous avons tendance à prendre le pli sur l’indifférence générale. Pourtant, un geste simple peut suffire à rendre un peu de dignité à un membre de la société laissé pour compte. Qu’il s’agisse d’un sourire, d’un café, d’une parole bienveillante, un petit rien peut donner une lueur d’espoir à une personne abîmée par la vie. Et ça, les philanthropes l’ont bien compris. Loin de céder au cynisme caractéristique des grandes métropoles, ils sont conscients que leurs petites actions peuvent faire la différence. C’est le cas pour cette femme qui prend l’habitude de donner les restes de sa nourriture aux sans-abri. Face à cet acte d’humanité, une pauvre femme éclate en sanglots dans les bras de cette brave citoyenne. Ce témoignage émouvant nous est relayé par nos confrères de la chaîne Fox59.

Dans les grandes métropoles, ils sont tellement nombreux qu’ils peuvent provoquer un sentiment d’impuissance. Face à cette foule de passants, les sans-abris sont abandonnés à leur détresse de sans-voix. Pourtant, derrière ces personnes jugées « marginales » se cachent des histoires similaires au nôtres avant qu’un jour tout bascule. « Ils n’ont qu’à se trouver un travail » « Ils sont lâches » « Je ne serais pas aussi indigne pour mendier » Autant de remarques auxquelles les sans-abri font face tous les jours. Pourtant, ces derniers luttent tous les jours pour survivre dans la plus grande humilité.

Acte d’humanité

Assise devant la vitrine d’un restaurant, une femme sans-abri attendait pendant des heures qu’un client ait la clémence de lui laisser quelques restes de nourriture. Malheureusement, les passants préféraient jeter leurs doggy-bag (sac de restes) que de les offrir à cette femme dans l’indigence. Carmen Mendez, une cliente de l’établissement a été touchée par la condition de cette dernière. « J’étais sur le point de jeter mes restes de poulet quand j’ai entendu une petite voix qui me demandait si je pouvais lui donner à manger. Je me suis retournée et c’était elle »

carmen mendez

carmen et son compagnon

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Une maman est furieuse quand elle apprend que son fils atteint d’autisme est forcé d’installer son bureau dans les toilettes de l’école

L’odeur des pets est bénéfique pour la santé d’après les experts