in

Béarn : un enfant de 6 ans tombe dans un trou de neige à Artouste, les parents veulent porter plainte

Béarn
Samedi 22 janvier 2022, une jeune fille de 6 ans, vivant dans les Landes, est tombée d’au moins 4 mètres dans un trou de neige à Artouste. Les parents ont l’intention de déposer une plainte et une enquête a été ouverte

Sylvine Ducret et son époux ont eu très peur pour leur petite fille de 6 ans, samedi 22 janvier, sur la station d’Artouste, en vallée d’Ossau (64). Ces habitants de Saint-Sever, dans les Landes, étaient venus passer quelques jours dans les Pyrénées-Atlantiques pour profiter de la montagne. Samedi, alors qu’elle s’amusait sur une pente, au niveau d’une zone fréquentée de la station, la jeune fille est tombée d’une hauteur de plus de 4 mètres dans un trou dissimulé par la neige.

Souffrant d’un traumatisme crânien avec une plaie à la tête, elle a été prise en charge par les secouristes de la station puis le Peloton de gendarmerie de haute montagne d’Oloron, qui l’a héliportée à l’hôpital de Pau à bord de Dragon 64. « Elle est restée coincée une bonne heure et demie », précise sa maman. Heureusement, la jeune fille a pu sortir de l’hôpital dimanche midi et allait mieux.

Préciser les circonstances

« Elle n’a que quatre points de suture mais elle a été très choquée et surtout, elle a eu beaucoup de chance car ça aurait pu se terminer bien plus mal que ça », reprend Sylvine Ducret. Elle ajoute que sa fille « n’était pas la seule à faire des glissades sur cette pente ; il y avait une dizaine d’enfants autour et il n’y avait ni barrières, ni filets. Personne ne nous a dit que cet endroit était dangereux ».

Les parents de la jeune fille ont indiqué leur intention de déposer une plainte à la gendarmerie, afin de couvrir leur enfant « en cas de séquelles des suites de l’accident ». Une enquête a par ailleurs été ouverte par les gendarmes pour préciser les circonstances.

Le directeur de la station, Jean-Christophe Lalanne, indiquait que la jeune fille avait chuté à l’endroit où se trouve la sortie du tunnel du train, en été. Selon lui, l’air qui circulait au-dessous a pu fragiliser le manteau neigeux pour créer le piège. « Si c’est le cas, on n’a jamais vu cela sur la station », s’étonnait de son côté le maire de Laruns, Robert Casadebaig.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.