Neuf ans après, un hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et de l’HyperCasher

Neuf ans après, un hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo et de l'HyperCasher

Des cérémonies d’hommage aux victimes des attentats de janvier 2015, il y a neuf ans, ont été rendues dimanche à Paris.

Publié le :

2 mn

Les auteurs des attentats jihadistes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l’HyperCasher en 2015 « voulaient détruire nos libertés et nous diviser » mais les Français sont « toujours unis », a souligné, dimanche 7 janvier, le président Emmanuel Macron en rendant hommage sur X (anciennement Twitter) aux 17 victimes de ces attaques.


« Nous n’oublions pas », a observé pour sa part la Première ministre, Élisabeth Borne, dans un message également posté sur X. Ceux qui sont tombés lors de ces attentats ont été « tués parce qu’ils incarnaient la liberté d’expression, qu’ils accomplissaient leur devoir ou parce qu’ils étaient juifs », a-t-elle relevé.


Neuf ans après, des cérémonies d’hommage, sans prise de parole, se sont déroulées dimanche devant les lieux des attentats, en présence notamment de l’ancien chef de l’État, François Hollande et de la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Étaient également présents la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, les ministres Éric Dupond-Moretti (Justice), Clément Beaune (Transports) et Rima Abdul Malak (Culture), ainsi que le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Yonathan Arfi, le grand rabbin de France, Haïm Korsia et le président du Consistoire central de France, Elie Korchia.

Les personnalités participantes se sont d’abord recueillies devant les anciens locaux parisiens de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, en présence de son directeur, Riss. C’est là que les frères Saïd et Chérif Kouachi avaient abattu 11 personnes le 7 janvier 2015, dont des figures emblématiques de « Charlie ».

Puis, quelques mètres plus loin, sur le boulevard Richard-Lenoir, l’hommage s’est poursuivi à l’endroit où le lieutenant de police Ahmed Merabet avait été tué par les frères Kouachi en tentant de les arrêter dans leur fuite. La sœur d’Ahmed Merabet, Nabiha, était présente dimanche.

Les cérémonies se sont conclues devant l’HyperCasher de la Porte de Vincennes, où un autre jihadiste, Amédy Coulibaly, avait tué quatre otages, tous juifs, le 9 janvier 2015, avant d’être abattu par la police.

Une dernier moment de recueillement doit avoir lieu lundi à Montrouge (dans le département des Hauts-de-Seine), où la policière municipale Clarissa Jean-Philippe avait été assassinée le 8 janvier 2015 par Amédy Coulibaly.

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *