Miss France 2024, élue avec ses cheveux courts, revendique la « diversité » de la femme

Miss France 2024, élue avec ses cheveux courts, revendique la "diversité" de la femme

La candidate de Miss Nord-Pas-de-Calais Eve Gilles a été élue samedi soir Miss France 2024, succédant ainsi à Indira Ampiot (Miss Guadeloupe). 

Publié le :

4 mn

Miss Nord-Pas-de-Calais a été élue Miss France 2024, samedi soir à Dijon, devant 5 000 fans croyant encore au « conte de fées » face aux accusations de concours « sexiste », encore renforcées par une récente condamnation en justice pour des images de candidates filmées seins nus en 2018.

Originaire de Dunkerque, Eve Gilles, 20 ans, a fait de sa candidature le symbole de la « diversité » féminine. « Personne ne doit vous dicter qui vous êtes », avait-elle déclaré lors du concours de beauté, revendiquant ses cheveux coupés courts comme une différence par rapport aux autres Miss, toutes à la chevelure longue.

La nouvelle « reine de beauté », qui succède à Indira Ampiot – Miss Guadeloupe –, a été élue par les téléspectateurs, pour une moitié de la note, et par un jury de sept femmes, pour l’autre moitié. La jeune femme a été sélectionnée au terme d’un grand « show », selon les mots de Jean-Pierre Foucault, 76 ans et présentateur depuis 1995. 

« Ca me fait rêver ! Depuis toute petite, je ne rate pas une seule cérémonie », témoigne la Dijonnaise Emma, 22 ans, venue avec sa plus belle robe à paillettes assister enfin au concours dans sa ville, plutôt que de simplement le regarder sur TF1. « Les Miss ont une chance folle. C’est un conte de fées », s’extasie sa copine, Sylvie, 23 ans, ne tenant pas en place sur son siège dans la salle de spectacle du Zénith.

Le concours intervient cependant après une condamnation par le tribunal de Lille mardi, de la filiale de TF1, e-TF1, et la société Endemol qui coiffait alors la Société Miss France. En cause la diffusion à près de huit millions de téléspectateurs des images de deux Miss régionales, filmées la poitrine nue, le 15 décembre 2018, par une caméra installée à leur insu. 

Les organisateurs avaient présenté leurs excuses pour ce « couac » mais l’accroc ajoute à la polémique entourant le concours de beauté qui, malgré quelques réformes, reste très critiqué.

Désormais centenaire, Miss France est un symbole de « réussite », assure la Société Miss France. « C’est un ascenseur social », affirme sa présidente Alexia Laroche-Joubert, évoquant des Miss devenues « femmes d’affaires, médecins ou encore réalisatrices ». 

Les critères ont de plus été « modernisés », assure-t-elle. Une candidate n’a désormais plus de limite d’âge et peut être transgenre, mariée, mère… et même tatouée. Une seule candidate trans s’est jusqu’à présent présentée. Elle a échoué à l’élection de Miss Paris, en 2022.

Ces petites révolutions avaient fait vaciller le célèbre chapeau de Geneviève de Fontenay, figure historique du concours de beauté. Décédée en août à 90 ans, un hommage lui sera rendu samedi soir, jetant un voile pudique sur les relations houleuses qu’elle entretenait avec l’organisation actuelle des Miss.

La soirée des Miss « est toujours un succès »

Cette « évolution » est cependant encore loin de satisfaire les féministes. « C’est du ‘feminist-washing’ : on reste dans une élection très misogyne », estime Mélinda Bizri, de la Ligue des droits de l’Homme à Dijon, qui appelle au boycott de la cérémonie avec de nombreuses autres associations. « Les femmes se violentent toute leur vie pour atteindre ces critères fantasmagoriques, selon des schémas qui mettent très longtemps à se déconstruire », souligne-t-elle.

« Miss France est toujours aussi sexiste dans le principe de classer les femmes sur des critères de beauté », renchérit Violaine de Filippis, porte-parole d’Osez le féminisme!

Pour autant, chaque cérémonie compte parmi les audiences les plus élevées de TF1 (7,1 millions de téléspectateurs l’an dernier).

La soirée des Miss « est toujours un succès car c’est tout d’abord un divertissement », explique à l’AFP Virginie Spies, analyste des médias à l’Université d’Avignon. Mais ce succès est en partie dû au « hate-watching », c’est-à-dire « regarder ce que l’on n’apprécie pas forcément pour pouvoir le critiquer », définit Virginie Spies.

C’est « une culture populaire », s’était défendu le maire PS de Dijon François Rebsamen, lors du conseil municipal du 25 septembre, où la venue des Miss a été vivement critiquée.

« Ce spectacle véhicule une image encore assez sexiste des femmes, non seulement à l’attention des petites filles et des ados spectatrices, mais aussi à l’attention des petits garçons et des ados spectateurs », avait dénoncé l’adjointe municipale à l’Égalité femmes-hommes, Kildine Bataille (majorité présidentielle).

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *