Ligue Europa : l’OM sans pitié pour Villarreal et Marcelino

Ligue Europa : l'OM sans pitié pour Villarreal et Marcelino

L’Olympique de Marseille de Jean-Louis Gasset a écrasé Villarreal (4-0), jeudi, et touche du doigt les quarts de finale de la Ligue Europa.

Publié le : Modifié le :

4 mn

On n’arrête plus l’OM de Jean-Louis Gasset : pour leurs retrouvailles avec Marcelino, l’entraîneur symbole d’un début de saison où tout allait de travers, les Marseillais ont balayé Villarreal 4-0 jeudi 7 mars et sont presque qualifiés pour les quarts de finale de la Ligue Europa.

Mercredi, Gasset, à qui tout réussit depuis qu’il a remplacé Gennaro Gattuso, avait dit vouloir « prendre une option conséquente » sur la qualification. « Pour ça, il faudra jouer », avait-il dit. La mission est accomplie et avec la manière souhaitée : l’OM a été très bon jeudi et l’option sur la qualification est effectivement solide.

Avant que l’OM fasse ce grand pas vers les quarts de finale, le sujet Marcelino, qui avait rythmé l’avant-match, avait été très vite expédié, dès la présentation des équipes. Le nom du technicien espagnol a été sifflé très fort et celui de Gasset acclamé encore un peu plus. Pas de banderoles ni d’agressivité mal placée, dossier clos.

Sur le terrain, comme en août et en septembre, Marseille a ensuite retrouvé chez les jaunes ce même 4-4-2 aux lignes si bien dessinées, qui avait interloqué et déçu lors du bref passage de Marcelino à l’OM. Et comme il y a six mois, le jeu de l’Espagnol a semblé bien lent et bien scolaire. Cette fois, c’est l’OM qui en a profité.

Plus inspirés, plus agressifs et plus rapides, les joueurs de Gasset ont en effet balayé en une seule période l’idée d’une confrontation incertaine et équilibrée. À la 23e minute, c’est ainsi Jordan Veretout qui a ouvert le score de près et de la tête après un bon travail à droite d’Iliman Ndiaye et Jonathan Clauss.

L’entraîneur de l’OM Jean-Pierre Gasset lors du match contre Villarreal, le 7 mars 2024 à Marseille © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Cinq minutes plus tard, Yerson Mosquera a marqué contre son camp après un accès de panique générale dans la défense espagnole (2-0, 28e) puis, juste avant la pause, Ismaïla Sarr a obtenu un penalty en allant une fois de plus beaucoup trop vite pour l’arrière-garde de Villarreal.

Doublé pour Aubameyang

Pierre-Emerick Aubameyang, qui désormais ne s’arrête plus de marquer, s’est avancé et a réussi sa frappe : 3-0 et salto pour le Gabonais, plus que jamais roi de la Ligue Europa.

La première période des Marseillais avait donc très fière allure d’autant que les trois buts avaient été marqués devant le virage des enfants, ces 5000 licenciés des clubs de sport de la ville, venus combler la suspension de la tribune Nord et qui ont chanté « Aux Armes » presque aussi fort que les grands d’en face.

Le Marseillais Jordan Veretout vient d'ouvrir la marque contre Villarreal, le 7 mars 2024 à Marseille
Le Marseillais Jordan Veretout vient d’ouvrir la marque contre Villarreal, le 7 mars 2024 à Marseille © CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

En tout début de deuxième période, l’OM a un peu reculé et le « Sous-Marin Jaune » a pointé le bout de son périscope, mais il a très vite replongé en grande profondeur, envoyé par le fond par des Marseillais transfigurés depuis l’arrivée de Gasset.

À l’heure de jeu, comme un signe que le vent a bel et bien tourné pour l’OM si malchanceux du début de saison, Aubameyang s’est ainsi offert un doublé sur ce qui ressemblait fort à un centre raté (4-0, 59e). Puis le défenseur espagnol Alberto Moreno, entré à la pause, a été exclu pour deux cartons jaunes et l’OM a pu tranquillement mener sa barque jusqu’à la fin.

Au bout de ce qui est probablement son meilleur match de la saison, Marseille peut donc encore rêver en Ligue Europa, cette compétition qui lui a permis de garder la tête hors de l’eau lorsque rien n’allait. Bien sûr, un club français n’est jamais à l’abri d’une « remontada » après avoir battu un club espagnol 4-0 à l’aller, mais l’écart a semblé immense jeudi.

Quant à Marcelino, il était invaincu à Marseille, il ne l’est plus.

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *