Ligue des champions : l’Atlético Madrid élimine l’Inter Milan et se hisse en quarts de finale

Ligue des champions : l'Atlético Madrid élimine l'Inter Milan et se hisse en quarts de finale

Battu 1-0 à l’aller, l’Atlético Madrid s’est imposé, mercredi, aux tirs aux buts face à l’Inter Milan à l’occasion du match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions. Antoine Griezmann et ses coéquipiers retrouvent les quarts de finale. 

Publié le : Modifié le :

3 mn

L’Atlético Madrid a créé l’exploit mercredi 13 mars. L’équipe d’Antoine Griezmann a éliminé l’Inter Milan, vice-championne d’Europe, aux tirs au but (2-1 a.p 3 t.a.b à 2) au terme d’une superbe bataille dans un Metropolitano en feu, et décroche le dernier billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions.

Battu 1-0 à l’aller et mené au score, l’Atlético a signé une prestation de très haut niveau pour arracher la prolongation (2-1) avant de s’imposer trois tirs au but à deux grâce à deux parades de son gardien slovène Jan Oblak devant Alexis Sanchez et Davy Klaassen et un raté de Lautaro Martinez.

Poussés par leur public dans une ambiance incandescente, les Colchoneros ont cru en leur chance et sont allés provoquer le destin en imposant une pression folle d’entrée dans le camp du leader du championnat italien, qui réalisait jusqu’ici une saison quasi-parfaite.

Leur entame a été à la hauteur de l’enjeu, sous l’impulsion du piston brésilien Samuel Lino, qui a sollicité le gardien suisse Yann Sommer dès la 5e minute de jeu. Quitte à s’exposer aux contres transalpins.

Les Rojiblancos ont heureusement pu compter sur leur portier slovène Jan Oblak, auteur d’un double sauvetage devant Dumfries après une déviation sublime de Marcus Thuram en pivot (13e), puis vigilant sur une frappe contrée de Lautaro Martinez (18e).

De l’autre côté du terrain, les hommes de Diego Simeone ont multiplié les centres mais n’ont pas trouvé la faille, malgré un deuxième frisson sur une tête d’Alvaro Morata captée par Sommer (29e).

Et à force de pousser pour marquer, la punition a fini par arriver au terme d’un superbe mouvement collectif conclu par le latéral italien Federico Dimarco, seul pour reprendre le centre en retrait de Barella (33e, 1-0) et enflammer le parcage nerazzurro.

Griezmann, un joker de luxe

Avec deux buts à remonter pour arracher la prolongation, l’Atlético avait plus que jamais besoin d’une intervention de Griezmann, son homme providentiel, attendu à Madrid comme le sauveur après quatre rencontres manquées pour une entorse à la cheville. L’attaquant français, plutôt discret jusqu’ici, a alors surgi pour redonner espoir aux siens en profitant d’une erreur de lecture de son coéquipier en équipe de France Benjamin Pavard (35e, 1-1).

La sixième réalisation en sept rencontres de C1 cette saison pour le Maconnais, muet depuis près de deux mois et empêché ensuite d’en signer une septième par Pavard (43e) puis par Sommer, vigilant au retour des vestiaires (52e).

À lire aussiFootball : co-meilleur buteur de l’histoire, Griezmann entre au panthéon de l’Athlético

 

La rencontre a basculé dans l’irrationnel à une vingtaine de minutes du terme, Thuram (76e) et Barella (82e) manquant deux balles de match pour l’Inter, alors que les Rojiblancos poussaient pour arracher la prolongation sous l’impulsion du Néerlandais Memphis Depay, entré en jeu à la place de Morata.

L’ancien Lyonnais a d’abord touché le poteau droit de Sommer (86e) avant de faire rugir le Metropolitano d’une frappe croisée imparable en pivot dans la surface (87e, 2-1) pour remettre les deux équipes à égalité sur les deux matchs et confirmer son statut de joker de luxe.

L’autre entrant Rodrigo Riquelme a eu la balle de la qualification offerte par Griezmann au bout du temps additionnel (90e+3) mais a raté le cadre, et les deux formations n’ont pas pu se départager en prolongation, malgré des opportunités de chaque côté.

Le jeune ailier espagnol n’a en revanche pas tremblé pour inscrire son penalty, à l’inverse de l’ancien Marseillais Alexis Sanchez, du Néerlandais Davy Klaassen, tombés sur un Oblak inspiré, et du capitaine Lautaro Martinez qui a raté sa tentative.

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *