JO Paris-2024 : des médailles en tour Eiffel, nouveaux billets, enquête ouverte contre Estanguet…

JO Paris-2024 : des médailles en tour Eiffel, nouveaux billets, enquête ouverte contre Estanguet...

Dans un peu moins de six mois, les Jeux olympiques 2024 s’ouvriront à Paris. France 24 fait le point sur cet événement sportif planétaire en proposant les dernières informations concernant leur organisation et leur préparation sportive.

Publié le :

5 mn

  • Les médailles olympiques dévoilées

Les médailles des Jeux olympiques et paralympiques de Paris ont été dévoilées, jeudi 8 février. Les 5 084 décorations contiennent chacune un morceau hexagonal de la tour Eiffel.

Côté face des médailles, on peut y voir un hexagone de fer provenant de la tour Eiffel et portant le logo de Paris-2024. Il en émane des rayons façonnés dans le métal de la médaille.

Côté pile, les figures gravées de la déesse de la victoire Athéna Niké, du stade panathénaïque et de l’Acropole sont imposées par le Comité international olympique (CIO) mais Paris 2024 a obtenu l’autorisation exceptionnelle d’y ajouter le dessin de la tour Eiffel. Pour les médailles paralympiques, pas de figures imposées pour le coté pile. Ce sera donc une vue plongeante du dessous de la tour Eiffel, avec l’inscription Paris 2024 en braille universel.

Les 18 grammes de tour Eiffel sertis sur chaque médaille ont été extraits de morceaux de la Dame de fer provenant des rénovations du monument et secrètement gardés dans des hangars en banlieue parisienne.

Le joaillier Chaumet, propriété de LVMH a été choisi pour dessiner les médailles qui seront fabriquées par la monnaie de Paris. Chacune fera 85 mm de diamètre, 9,2 mm d’épaisseur, avec des poids différents, 529 g pour l’or, 525 g pour l’argent et 455 g pour le bronze.

 

  • De nouvelles places mises en vente

À l’occasion de la présentation des médailles des Jeux, de nouveaux billets sont mis en vente, jeudi 8 février. Tous les sports sont proposés, mais certains en nombre très limité. De nouvelles places pour les quatre cérémonies des Jeux de Paris 2024 sont également proposées.

Des rendez-vous réguliers de relâches de billets vont ainsi jalonner les prochaines semaines jusqu’aux Jeux.

  • Un plan B pour la cérémonie d’ouverture ?

Selon le journal le Parisien, « plusieurs réunions ont eu lieu ces dernières semaines pour parler de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques 2024 de Paris et ‘son plan B' ». Des plans de repli, prêts à être déployés en cas de risque terroriste accru ou d’une autre menace sur la sécurité des 10 000 athlètes participants et des spectateurs ont notamment été évoqués.

Mais l’Élysée nie l’idée, évoquée par le Canard enchaîné, d’une cérémonie ayant lieu au Trocadéro en cas d’ultime recours. L’objectif est toujours de l’organiser sur la Seine. La jauge a en revanche été revue à la baisse. Alors que le ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin avait annoncé 600 000 spectateurs en octobre 2022, il a finalement déclaré fin janvier qu’ils seraient environ 300 000.

  • Le gouvernement déconseille la livraison de colis pendant les Jeux

Le gouvernement invite les particuliers à différer « dans la mesure du possible » les livraisons de colis l’été prochain, durant la période des Jeux olympiques et celle des Jeux paralympiques, peut-on lire sur le site « Anticiper les Jeux ».

« Dans la mesure du possible, nous vous invitons à anticiper vos commandes de colis pour que ces derniers soient livrés avant le 24 juillet, après le 8 septembre ou entre les deux olympiades, soit entre le 12 et le 27 août 2024 », précise le ministère des Transports dans le cadre de cette campagne lancée le 29 janvier.

Dans le cas où des livraisons devraient tout de même avoir lieu durant ces Jeux, le gouvernement demande à « privilégier des livraisons à des heures et des jours avec moins de trafic » et « à vélo ou à pied », ou alors en points relais « en dehors des périmètres de sécurisation (zones rouges et bleues) ».

Le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête sur les conditions de rémunération du président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojop) de Paris.

Tony Estanguet a perçu une rémunération annuelle de 270 000 euros bruts jusqu’en 2020, selon des chiffres communiqués par le Cojop en 2018. Cette rémunération était ensuite susceptible d’évoluer dans une limite de 20 %, en fonction de certains critères de performance, avait indiqué le Cojop à l’époque. Mais le Cojop étant une association de type loi 1901, la rémunération de ses dirigeants est plafonnée par la loi à des niveaux sensiblement inférieurs.

Selon un récent article du Canard enchaîné, l’ancien sportif aurait donc créé une société qui facture des « prestations non commerciales » au Cojop, qu’il dirige. Ce qui interroge sur le contrôle de « la réalité et la qualité des prestations » effectuées par la société d’Estanguet, poursuivait le journal en octobre.

  • L’inauguration d’une nouvelle piscine à la Courneuve

Une piscine qui servira de lieu d’entraînement pour les équipes de water-polo pendant les Jeux a été inaugurée, mardi 6 février, à La Courneuve, au nord de Paris. Elle fera partie de l’héritage en dur dans ce département le plus pauvre de France.

Ce complexe baptisée du nom de la nageuse australienne Annette Kellermann fait 4 600 mètres carrés, dont 1 600 de plan d’eau comprenant notamment un bassin de compétition (8 lignes d’eau) mais aussi des bassins d’apprentissage de la natation et des espaces ludiques et bien-être.

Il sera ouvert aux scolaires à compter d’avril puis servira notamment de site d’entraînement aux équipes de water-polo pour les JO de Paris. À l’extérieur, des terrains serviront pour le rugby à VII. Elle ouvrira à tous les publics à la rentrée 2024.


 

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *