Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne, est mort

Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne, est mort

Apôtre inébranlable de la construction européenne, père de l’euro et espoir éphémère de la gauche française à la présidentielle de 1995, Jacques Delors est mort mercredi à l’âge de 98 ans.

Publié le :

2 mn

L’ancien président de la Commission européenne, père de l’euro et figure de la gauche française, Jacques Delors, est décédé à 98 ans, mercredi 27 décembre, a annoncé à l’AFP sa fille Martine Aubry.

« Il est décédé ce matin (mercredi) à son domicile parisien dans son sommeil », a déclaré la maire socialiste de Lille.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a rapidement salué sur X la mémoire d’un « homme d’État au destin français », d’un « inépuisable artisan de notre Europe » et d’un « combattant pour la justice humaine ».


Ancien ministre de l’Économie sous François Mitterrand (1981-1984), il avait douché les espoirs de la gauche en refusant de se présenter à l’élection présidentielle de 1995 alors qu’il était le grand favori des sondages, un renoncement spectaculaire à la télévision devant 13 millions de téléspectateurs.

« Je n’ai pas de regrets », mais « je ne dis pas que j’ai eu raison », avait-il déclaré au Point en 2021. « J’avais un souci d’indépendance trop grand, et je me sentais différent de ceux qui m’entouraient. Ma façon de faire de la politique n’était pas la même. »

Architecte de la construction européenne

Depuis Bruxelles où il restera à la tête de la Commission de 1985 à 1995, Jacques Delors a joué les architectes pour façonner les contours de l’Europe contemporaine : mise en place du marché unique, signature des accords de Schengen, Acte unique européen, lancement du programme Erasmus d’échanges étudiants, réforme de la politique agricole commune, mise en chantier de l’Union économique et monétaire qui aboutira à la création de l’euro…

En mars 2020, il avait encore appelé les chefs d’État et de gouvernement de l’UE à plus de solidarité au moment où ces derniers s’écharpaient sur la réponse commune à apporter à la pandémie de Covid-19.

Avec ses centres de réflexion, « Club témoin » ou « Notre Europe » (devenu ensuite « Institut Jacques-Delors » et installé à Paris, Bruxelles et Berlin), il a plaidé jusqu’au bout pour un renforcement du fédéralisme européen, réclamant davantage d' »audace » à l’heure du Brexit et des attaques de « populistes de tout acabit ».

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *