Inquiets de leurs conditions de mobilisation pour les JO, des policiers manifestent

Inquiets de leurs conditions de mobilisation pour les JO, des policiers manifestent

Plusieurs centaines de policiers manifestaient, jeudi, dans plusieurs villes de France pour protester contre l’absence d’information au sujet de leur mobilisation « à 100 % » lors des Jeux olympiques de Paris l’été prochain.

Publié le :

2 mn

Des policiers ont commencé à manifester, jeudi 18 janvier, à l’appel de leurs syndicats, à Strasbourg, Bordeaux et Toulouse notamment, pour protester contre les conditions de leur mobilisation l’été prochain pour la sécurité des Jeux olympiques de Paris, ont constaté des journalistes de l’AFP.

À Strasbourg, sous une pluie battante, une quarantaine de policiers perturbent la circulation à l’entrée du pont de l’Europe qui traverse le Rhin en direction de l’Allemagne.

« Les policiers en colère » pouvait-on lire sur une tente bleue aux couleurs du syndicat Alliance. Lionel Maunier, secrétaire départemental, s’est plaint du manque d’informations sur ce qui attend ses collègues.

À lire aussiSécurité des JO Paris-2024 : restrictions de circulation, QR codes… ce qu’il faut savoir

« On sait simplement qu’il y aura 100 % de présence exigée, dont 30 % d’effectifs strasbourgeois sur Paris entre le 24 juillet et le 11 août », a-t-il expliqué à l’AFP. « Sauf qu’on a des enfants, certains d’entre nous sont aussi des aidants. On ne sait pas comment on va s’organiser, on ne peut pas se projeter », déplore-t-il.

La mobilisation des policiers strasbourgeois, qui comptent un millier d’hommes au total, a commencé à minuit par un rassemblement à l’hôtel de police de la cité alsacienne. Un autre rassemblement est prévu à l’aéroport dans l’après-midi avec la police aux frontières, selon Alliance.

« 300 commissariats bloqués »

Dans toute la France, « 300 commissariats sont bloqués » jeudi, seules les urgences étant assurées, selon Sylvain André, membre d’Alliance à Strasbourg.

La plupart des rassemblements pour ce « jeudi noir » appelé par les syndicats de police sont prévus de midi à 14 h.

À l’aéroport de Paris Charles-de-Gaulle, des policiers ont effectué une grève du zèle en début de journée, occasionnant une heure d’attente supplémentaire pour les passagers, selon une source aéroportuaire.

À lire aussiJO de Paris-2024 : « 100 euros et deux places » contre un logement Crous, les étudiants amers

À Bordeaux, une dizaine de représentants d’Alliance Police nationale s’est donné rendez-vous à la gare Saint-Jean afin de distribuer un tract proclamant « La délinquance, elle ne prendra pas de vacances ! ».

Christophe Gras, secrétaire régional du syndicat, dit s’attendre lors des JO à « 12 heures de vacations, pendant cinq jours de travail pour un jour de repos ». Il espère « une prime exceptionnelle pour un événement exceptionnel ».

Il rajoute que le Sud-Ouest est une région festive et regrette qu’il n’y ait « pas de CRS aux différentes fêtes de Bayonne, Dax (…) ni aux abords des plages ».

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *