Humiliée par la Guinée équatoriale, la Côte d’Ivoire en ballotage pour les 8es

Humiliée par la Guinée équatoriale, la Côte d'Ivoire en ballotage pour les 8es

De notre envoyé spécial à Abidjan – Le match décisif de la Côte d’Ivoire face à la Guinée équatoriale a viré au calvaire. Le Nzalang a humilié des Éléphants bien trop maladroits devant le but en leur infligeant une correction 4 à 0. Troisièmes du groupe A, les Ivoiriens pourraient passer à la trappe de leur propre CAN.

Publié le :

5 mn

Est-ce que les fantômes de 1984 avaient envahi le stade d’Ébimpé, lundi 22 janvier ? La Côte d’Ivoire a semblé démunie face à la Guinée équatoriale et a été humiliée devant son public, battue 4 à 0, et se voyant refuser deux buts. Leur adversaire termine premier du groupe A tandis que le Nigeria, vainqueur dans le même temps de la Guinée-Bissau (1-0) est son dauphin. Les Ivoiriens vont devoir attendre les résultats des 5 autres groupes pour savoir s’ils accèdent aux huitièmes de finale parmi le quatre meilleurs troisièmes, où si l’histoire se répète avec une élimination à domicile dès le 1er tour.

À lire aussiLe classement final du groupe A

Au moment de débuter ce match, les Éléphants sont sous pression. Le président Alassane Ouattara en personne a appelé à l’union sacrée : « Allez les Éléphants ! Tout le pays est derrière vous », a écrit le chef d’État sur X. 

Dans les tribunes, le message du dirigeant est entendu. Plus les matches passent et plus les supporters ivoiriens répondent présents pour encourager leurs joueurs. Un tifo est déployé dans un des virages de manière parfaite, faisant oublier le raté du match contre le Nigeria. Et fait nouveau, ils sifflent dès que la Guinée équatoriale a le ballon.

Des Éléphants maladroits

Galvanisés, les Éléphants répondent présents et commencent le match sur les chapeaux de roue. Ils envahissent le terrain des Équato-Guinéens, leur mettant instantanément la tête sous l’eau. Nicolas Pépé est intenable sur son côté droit mais manque de précision au moment de faire la dernière passe (13e, 17e).La Guinée équatoriale est confinée chez elle.

Sur un centre de Konan, le portier du Nzalang, Ngua, boxe le ballon qui retombe directement dans les pieds de Diakité. L’Ivoirien confond vitesse et précipitation et envoie la balle au-dessus (26e). 

Puis, c’est au tour de Nicolas Pépé de manquer d’un cheveu d’ouvrir le score. Le prix Marc-Vivien Foé 2019 profite du travail dos au but de Kouamé pour s’emmener le ballon. L’ancien Angevin résiste à charge de défenseur e à la tentation de réclamer le penalty, élimine le gardien mais ne redresser le ballon vers les filets (28e).

Contre le cours du jeu, Nsué trouve la faille

Les Éléphants pensent maîtriser la partie mais le Nzalang frappe au moment où ils s’y attendent le moins. Juste avant la mi-temps, sur leur première incursion, Carlos Akapo effectue un petit numéro dans la défense et trouve son capitaine Nsué, qui en profite pour marquer son quatrième but de la compétition (42e, 1-0). Les Orange sont au bord du précipice, d’autant que le Nigeria a ouvert le score quasiment à la même minute dans l’autre match… 

Mais les Ivoiriens ne sont pas sonnés. Ils repartent à l’assaut. Sangaré profite d’une remise de la tête de Kouamé surun centre de Pépé pour marquer. Mais la VAR les prive de la joie de l’égalisation révélant un hors-jeu. Quand ça veut pas…

Comment revenir de cette double désillusion juste avant la mi-temps ? Pas en envoyant un boulet de canon… dans les tribunes, comme le fait Sangaré (46e). Ni en offrant un coup franc à Saul Coco qui manque de tromper Yahia Fofana (53e).

Deux buts refusés

Malgré les encouragements de son public, la Côte d’Ivoire semble vouée à croquer toutes ses occasions. À l’image de Kouamé, pourtant seul face à Ngua, qui bute encore sur le gardien (60e). 

Le sélectionneur Jean-Louis Gasset est obligé de tenter le tout pour le tout et procède à un triple changement. Trois attaquants, Konaté, Krasso et Boga, entrent en piste. Et ça marche ! Krasso trouve la faille. Avant qu’un nouvel hors-jeu ne soit signalé (66e). Quand ça veut pas, bis…

Dans la foulée, la Guinée équatoriale obtient un coup franc intéressant. Pablo Ganet prend son temps et nettoie la lucarne de Yahia Fofana (73e, 2-0). Puis sur une contre-attaque, Nsué en rajoute (75e, 3-0). Quand ça veut pas, ter…

La Côte d’Ivoire est humiliée. Les spectateurs commencent à quitter les gradins tandis que ceux qui restent se mettent à huer les joueurs. Les Ivoiriens s’apprêtent à vivre les 20 plus longues minutes de leur existence.

Le calvaire s’achève sans même que la Côte d’Ivoire ne réduise le score. Pire, Jannick Buyla Sam achève les Éléphants juste avant les arrêts de jeu (88e, 4-0). L’arbitre prolonge le calvaire de sept minutes, sans buts supplémentaires heureusement.

Les spectateurs ont le cœur gros : ils ne savent pas ce soir si c’était le dernier match de leur équipe dans la compétition. En effet, leur destin dépend désormais des résultats des autres groupes pour découvrir si ils seront repêchés parmi les meilleurs troisièmes. 

Si ce n’est pas le cas, ils deviendraient le premier pays-hôte a passé à la trappe dès le premier tour depuis l’élargissement de la CAN à 24 équipes en 2019. Une véritable humiliation.

La Guinée équatoriale, avec se score fleuve, a sécurisé sa première place du groupe A, devant le Nigeria grâce à la différence de but. Les Super Eagles n’ont pas forcé, mais n’ont pas convaincu non plus pour s’imposer face à la Guinée-Bissau, déjà éliminée.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *