in

Une jeune femme raconte l’enfer qu’elle a vécu en devenant une Sugar Baby

Une Jeune Femme Raconte L'Enfer Qu'Elle A Vécu En Devenant Une Sugar Baby

Une jeune femme qui a été recrutée à son insu dans une agence d’escorte en s’inscrivant sur un site de Sugar Baby raconte aujourd’hui l’enfer qu’elle a vécu afin d’empêcher que d’autres jeunes filles comme elles ne tombent dans le piège. 

C’est à la journaliste Marie-Eve Tremblay de Radio-Canada que Clémentine a raconté son histoire.

Elle et son amie avaient tout bonnement décidé de s’inscrire sur le site SeekingArrangement, qui met en contact des Sugar Daddies et des Sugar Babies.

Jusque là, Clémentine et son amie croyaient qu’elles pourraient alors obtenir plusieurs cadeaux et vivre une vie trépidante en compagnie d’hommes riches sans nécessairement devoir coucher avec eux.

Mais la jeune fille s’est rendue seule un jour à une rencontre avec un homme, qui l’a violée durant des heures. « Toi, ma salope, tu vas passer un mauvais quart d’heure », lui aurait-il dit avant de passer à l’acte.

Clémentine n’a pas osé porter plainte à la police, par honte, mais également par crainte de ne pas être crue, comme elle s’était inscrite sur le site de façon volontaire.

Un autre sugar daddy lui a ensuite fait croire qu’il existait une façon beaucoup plus sécuritaire de rencontrer des hommes et qu’elle ne serait pas forcée d’avoir des relations intimes si ce n’est pas ce qu’elle veut. Mais ce que Clémentine ignorait, c’est qu’à son insu, elle venait de se faire recruter dans une agence d’escortes. « Je me suis dit : « Si je m’inscris là-dessus, je ne serai plus violée » », a raconté Clémentine à Radio-Canada.

Mais Clémentine a une fois de plus subi un viol et la personne qui était responsable de la prise de rendez-vous ne l’a pas aidée après qu’elle se soit confiée à elle, en la convainquant plutôt de continuer.

La jeune femme n’était pas forcée de rester, mais avait trop peur de parier. Et les clients la terrifiaient en la menaçant pour qu’elle accepte leurs propositions violentes, rapporte Radio-Canada. « Rendue là, j’avais peur de me faire trouver, de me faire tuer. « Je vais violer ta mère », ça revenait souvent. « Je vais tuer ta famille. » », se souvient la jeune femme.

C’est finalement ses parents, qui ont réalisé que leur fille était travailleuse du sexe, qui ont réussi à la sortir de là. Son père s’est fait passer pour un client.

La journaliste Marie-Eve Tremblay s’est elle-même inscrite sur le site SeekingArrangement pour vérifier comment certaines filles pouvaient voir leur vie basculer comme celle de Clémentine. Si le site ne précise pas que le sexe est de la partie, la plupart des messages reçus par la journaliste offraient de l’argent en échange de moments passés ensemble… et de gestes intimes. 

« Plusieurs proxénètes peuvent penser à se cacher derrière l’anonymat de ces sites-là pour tenter de recruter des jeunes filles. […] La majorité de nos dossiers débutent de cette façon-là », lui a d’ailleurs confirmé Sylvain Dumouchel, du SPVM.

Clémentine reprend peu à peu le contrôle de sa vie, en ayant commencé les démarches pour un suivi avec un psychologue et une sexologue. Elle s’apprête également à aller vivre avec son amoureux. Des démarches sont en cours auprès des autorités, mais aucune personne n’a encore été arrêtée.

Vous pouvez lire le témoignage complet de Clémentine ici. Et voici son entrevue à Tout le monde en parle :

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Loading…

0