En images : découvrez le village olympique des JO de Paris inauguré par Emmanuel Macron

En images : découvrez le village olympique des JO de Paris inauguré par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron inaugure, jeudi, le village olympique qui accueillera dans 5 mois les athlètes et leur staff pour la durée des JO de Paris 2024. Découvrez en images les infrastructures dont bénéficieront les athlètes.

Publié le : Modifié le :

5 mn

C’est une étape qui rend encore un peu plus proche les Jeux olympiques de Paris. Jeudi 29 février, le président français, Emmanuel Macron, doit inaugurer le village olympique où logeront les athlètes qui disputeront les Jeux. 

Deux athlètes par chambre

Construit en sept ans, le village regroupe quelque 82 bâtiments, 3 000 appartements et 7 200 chambres sur un site qui s’étend sur 52 hectares en Seine-Saint-Denis, entre Saint-Denis, l’île Saint-Denis et Saint-Ouen, au nord de Paris. Il sera capable d’accueillir près de 14 500 athlètes et leur staff. 

À lire aussi« Paris est un grand parcours d’obstacles » : pour les JO-2024, le défi des transports accessibles


« Il y aura deux athlètes par chambre de 12 m2, et une salle de bains pour quatre personnes. Tout le monde sera logé à la même enseigne », détaille Laurent Michaud, directeur des villages olympiques et paralympiques au comité d’organisation de Paris 2024. 

Les appartements du village olympique





Le temps des JO, le village va fonctionner comme une cité classique mais éphémère. Les athlètes pourront par exemple faire laver leur linge dans des laveries temporaires avec près de 600 machines à laver et sèche-linge. L’entretien des appartements dans plus de 70 résidences sera assuré par douze conciergeries disséminées dans le village.

Une centrale géothermique, inaugurée en décembre dans le quartier Pleyel, fournira du chaud et du froid aux quartiers environnants, dont le village olympique. Intérêt : les appartements n’ont pas eu à être équipés de systèmes de climatisation ou de chauffage traditionnels, la climatisation ayant été bannie du cahier des charges. Mais les délégations nationales pourront tout de même louer une « unité de refroidissement » auprès du Comité d’organisation. Alimenté par ce réseau de chaud et de froid, un système de planchers dit « réversibles », chauffants en hiver et rafraîchissants en été, a été installé dans les bâtiments d’habitation.

La Cité du Cinéma devient un restaurant

Seules les cuisines seront absentes des appartements. Les athlètes auront un accès 24 heures sur 24 à l’imposante nef de la Cité du cinéma transformée en un restaurant géant avec une déclinaison en six thèmes culinaires (Italie, Asie, France…) pour près de 3 200 places assises et 40 000 repas servis par jour. Un deuxième restaurant sera installé sur l’île Saint-Denis, et des food-trucks « seront répartis dans le village.

La Cité du cinéma devient le « plus grand restaurant du monde »





Une épicerie, un commissariat, un salon de coiffure, un bar (sans alcool) et un centre multiconfessionnel… Les athlètes ne devraient manquer de rien. Même une poste sera installée de façon temporaire dans cette ville qui ne disposera pas de maire. Une polyclinique de 3 000 m2, à la place de l’école d’ostéopathie Dahnier, sera également à disposition des athlètes 24 heures sur 24 pour des soins, un scanner ou une IRM.

Également à la disposition des athlètes, une immense salle de fitness dans un hall Maxwell reconverti à cet effet. Dans cette ancienne centrale électrique à charbon, construite en 1907 pour alimenter le métro parisien, seront installés plus de 300 appareils de fitness pour les athlètes du village. Au total, ce sont près  de 3 000 m2 qui seront à leur disposition pour s’échauffer et s’entraîner.

La salle de fitness dédié aux athlètes





Air filtré 

Pour assainir l’air extérieur de ce quartier proche de la capitale, outre sept hectares d’espaces verts, des sortes de grandes soucoupes blanches surélevées, de quatre mètres de diamètre, ont été installées pour capter les particules fines, grâce à « deux plaques conductrices (…) permettant d’atteindre un taux d’abattement de 95 % de la pollution de l’air sur la zone concernée », selon la Solideo.

Les filtres anti-pollution pour améliorer la qualité de l’air au pied des immeubles d’habitation du village olympique où seront logés les athlètes à Saint-Denis, en proche banlieue de Paris. © Ian Langsdon, AFP

 

Un autre système, « Combin’Air », pourra aussi assainir l’air extérieur grâce à un filtre au charbon actif et à des algues.

Une fois les Jeux paralympiques (28 août-8 septembre) terminés, les appartements seront reconfigurés pour accueillir habitants et entreprises dans ce nouveau quartier au nord de Paris.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *