CAN 2024 : Lamine Camara, symbole d’un football sénégalais en pleine effervescence

CAN 2024 : Lamine Camara, symbole d'un football sénégalais en pleine effervescence

Après une performance XXL contre la Gambie lors du premier match du Sénégal en Coupe d’Afrique des nations, Lamine Camara, 20 ans, devrait de nouveau être aligné vendredi face au Cameroun. Avec son énorme volume de jeu et une maturité de vieux briscard, la pépite sénégalaise tire vers le haut une nouvelle génération de joueurs qui a su s’imposer au sein de l’effectif d’Aliou Cissé à la CAN 2024. 

Publié le :

4 mn

Il pourrait bien devenir la révélation de cette CAN 2024. Lamine Camara devrait de nouveau être titularisé face au Cameroun, vendredi 19 janvier, après avoir marqué de son empreinte le premier match du Sénégal contre la Gambie – en inscrivant deux buts, dont une splendide frappe enroulée en pleine lucarne à l’entrée de la surface.

À seulement 20 ans, le joueur du FC Metz continue d’affoler les compteurs et renforce son statut de nouveau chouchou d’un public sénégalais séduit par son dévouement et sa générosité sur le terrain. « Lamine, on l’appelle star boy », s’amuse Pape Gueye. « C’est un bon petit qui est très humble et qui travaille, on est très contents, j’espère qu’il va continuer à nous aider, c’est un beau talent », ajoute le milieu de terrain de l’Olympique de Marseille.

À lire aussiCAN 2024 : Camara, Konaté, Aït-Nouri, Ez Abde… Sept jeunes à surveiller de près

« Au-delà de ses deux buts, c’est son volume de jeu sur le terrain… il a joué comme un garçon expérimenté », s’étonne Aliou Cissé. Mais pas question de griller les étapes, prévient le sélectionneur, qui compte bien protéger jalousement ce joyau du football africain. « C’est un jeune joueur, il faut lui laisser le temps de grandir. Nous allons continuer à le protéger car il ne faut pas le griller trop tôt ».

Car pour le milieu relayeur né le 1er janvier 2004 près de Ziguinchor, dans le sud du pays, tout va très vite : vainqueur du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) et de la CAN des moins de 20 ans en 2023, élu meilleur jeune joueur africain la même année, Lamine Camara a déjà un beau palmarès à son actif. 

« C’est une belle histoire car c’était un joueur qui était inconnu il y a 18 mois, avec un style ‘box to box’ doté d’un grand volume de jeu et capable de frapper de loin », explique le journaliste Hervé Kouamouo, spécialiste du football africain, dans le JT de la CAN sur France 24. 

« Camara possède un grand volume de jeu »


Senegal’s Lamine Camara (C) celebrates with teammates after scoring against Gambia at the Africa Cup of Nations on Monday © Issouf SANOGO / AFP

« La fougue et l’expérience »

Selon les experts, la réussite de Lamine Camara est aussi celle de l’excellence de la formation délivrée dans les académies et les clubs sénégalais. Un travail de fond entamé depuis deux décennies et qui a permis au Sénégal de rafler toutes les compétitions masculines organisées en Afrique depuis 2022.

Plusieurs stars des Lions de la Teranga, tels que Sadio Mané, Ismaila Sarr ou encore Habib Diallo, ont été formés à l’Académie dakaroise de Génération Foot avant de briller dans de grands championnats européens. La nouvelle génération qui émerge pourrait bien suivre le même destin dans les prochains mois.

À lire aussiAu Sénégal, les académies de football font le bonheur des clubs européens

Aux côtés de Pape Gueye (24 ans) et d’Ismail Jakobs (24 ans), titularisés eux aussi contre la Gambie, Lamine Camara devrait bientôt attirer la convoitise des grands club. En attendant, ces jeunes joueurs offrent au Sénégal un vent de fraicheur bienvenu au sein d’un effectif vieillissant. Une transition qui, selon la « génération Mané », s’est faite en douceur et en bonne intelligence.  

« On a mis en confiance tous les jeunes et les anciens sont là pour réguler tout ça. C’est important, ce mélange entre la fougue et l’expérience. Pour l’instant, cela se passe bien mais on ne va pas s’enflammer, ce n’est que le début », assure le capitaine Kalidou Koulibaly, 32 ans.

« Si tous ces garçons émergent, c’est parce qu’il y a un collectif derrière et un projet commun. Comme je le dis à l’équipe : collectivement, si on est bons, les individualités se verront », résume le sélectionneur Aliou Cissé.

Cette alchimie entre les « vieux » Lions et les lionceaux permet aujourd’hui au tenant du titre de tenir son rang de favori de la compétition. Après la modeste Gambie, le match contre le Cameroun pourrait offrir de nouvelles certitudes à une équipe sénégalaise en pleine confiance, qui vise un doublé historique le 11 février prochain à Abidjan.

Un visuel vert et gris où il est écrit "CAN 2024 Calendrier et résultats"

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *