CAN 2024 : l’Algérie reste en vie en arrachant le nul face au Burkina Faso

CAN 2024 : l'Algérie reste en vie en arrachant le nul face au Burkina Faso

De notre envoyé spécial à Bouaké – L’Algérie a dominé son duel contre le Burkina Faso samedi lors du match du groupe D de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) mais s’est heurtée à des Étalons opportunistes. Les Fennecs n’ont pu faire mieux qu’un match nul, arraché dans les arrêts de jeu (2-2).

Publié le : Modifié le :

4 mn

Catastrophe évitée pour l’Algérie. Après le match nul inaugural contre l’Angola, les Fennecs n’ont pu faire mieux qu’un match nul contre le Burkina Faso (2-2) et ont longtemps frôlé la défaite malgré une domination dans le jeu. Tout reste à faire pour les hommes de Djamel Belmadi.

Pour ce choc annoncé du groupe D, l’ambiance est belle. Si les supporters algériens sont bien présents, ce sont les fans des Étalons qui font le plus de bruit. Difficile en effet de rivaliser avec le poids de la communauté burkinabè à Bouaké. 

Le début du match est heurté. Les 22 acteurs mettent beaucoup d’intensité dans les duels et l’arbitre multiplie les coups de sifflet. Les Verts, qui évoluent en blanc pour ce duel, jouent vite après une faute contre Riyad Mahrez. Le centre de Zerrouki est légèrement dévié par la défense du Burkina et Koffi veille (11e). Il s’illustre encore sur la première frappe cadrée du match, un enroulé depuis le côté gauche signé Belaili (13e).

Domination stérile des Algériens

Très en jambes, Bounedjah et Beilaili régalent dans la surface burkinabè et mettent le feu à la défense. Les deux attaquants pensent avoir trouvé la faille mais il y a une intervention miraculeuse d’Edmond Tapsoba sur sa ligne (21e). Les Étalons réagissent sur coup franc et sèment la panique dans la défense des Fennecs qui peinent à se dégager (24e).

Les Algériens sont plus dominateurs et bousculent régulièrement la défense du Burkina Faso qui peut remercier Koffi si le score reste vierge, notamment sur les frappes de Bounedjah (26e) et Feghouli (44e). Mais les Étalons restent dangereux : le moindre contre apporte le danger dans la défense des Fennecs.

La VAR accorde le but de Konaté

Et justement, Mohamed Konaté surgit dans le dos de la défense algérienne sur une de ces situations et reprend du crâne le centre d’Abdoul Tapsoba. Sa tête se loge dans la lucarne de Mandrea. Le gardien du Stade Malherbe de Caen pense être sauvé par un hors-jeu mais la VAR corrige la décision de l’arbitre de touche (45e, 1-0).

À lire aussiCAN 2024 : Mané, Bounou, Mahrez… Les cinq joueurs africains d’Arabie saoudite à suivre

Au retour des vestiaires, les Fennecs font preuve de caractère malgré un stade acquis à la cause des demi-finalistes 2022. Bounedjah profite d’un cafouillage dans la surface du Burkina après un coup franc de Mahrez pour pousser le ballon au fond des filets (50e, 1-1). Un but bienvenu alors qu’une minute auparavant Blati Touré manquait de doubler la mise (49e).

Les hommes de Djamel Belmadi, intenable sur son banc de touche comme à son habitude, redoublent d’efforts mais manquent de précision. Bounedjah frôle le doublé et le poteau (53e) tandis qu’Ammoura manque sa tête (57e).

Pour relancer son équipe, Hubert Velud fait entrer l’emblématique Bertrand Traoré, à la place du buteur du jour. Une entrée qui comme face à la Mauritanie a le mérite de remotiver les troupes. Edmond Tapsoba lance Issa Kaboré dans la surface adverse… Rayan Aït-Nouri intervient et le Burkinabè reste longuement à terre.

« Penalty ! Penalty ! Penalty ! », chantent les tribunes alors que son joueur reste longuement à terre. L’arbitre finit par interrompre le jeu pour faire intervenir les soigneurs… Et par être appelé pour regarder la vidéo. Le penalty est accordé. Bertrand Traoré est justement là pour le transformer comme au premier match (70e, 2-1). 

Le but donne lieu à un très surprenant round d’observation tardif et l’action retombe pendant une dizaine de minutes. Puis, le match s’enflamme. Les équipes vont d’un bout à l’autre du terrain dans une rencontre où les milieux ne semblent plus exister. Le Burkina manque par deux fois le but du KO tandis que l’Algérie réclame un penalty sur une action dangereuse.

Les neufs minutes d’arrêts de jeu sont longues pour les Burkinabè. Jusqu’au bout, ils ne lâchent rien. Soutenus par leur public, ils se jettent comme des morts de faim sur les attaquants dès qu’ils se présentent. 

Cependant, sur un corner, l’inévitable Bounedjah catapulte le ballon dans la cage d’Hervé Koffi. L’Algérie respire un peu (2-2) et évite le pire.

À lire aussiRetrouvez le classemetn du groupe D

Le Burkina Faso prend la tête du groupe D, en attendant le résultat de Mauritanie – Angola – qui a lieu plus tard dans la journée de samedi. Avec quatre points, elle a un pied en huitièmes de finale. En revanche, l’Algérie peut avoir peur : le moindre faux contre la surprenante Mauritanie pourrait lui être fatal lors de la troisième journée.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *