CAN 2024 : Gaël Kakuta, un meneur de la RD Congo enfin épanoui

CAN 2024 : Gaël Kakuta, un meneur de la RD Congo enfin épanoui

À 32 ans, Gaël Kakuta fait partie des joueurs cadres de la RD Congo, qualifiée en huitièmes de finale de la CAN 2024. Face à l’Égypte, dimanche, le meneur de jeu aura encore l’occasion de faire parler sa technique qui lui a valu si longtemps le surnom de « Black Zidane ». Un Léopard indéboulonnable qui a fait ses premiers pas internationaux… chez les Bleus.

Publié le :

5 mn

Il n’est sûrement pas étranger à la qualification de la RD Congo en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations. Gaël Kakuta, le meneur de jeu des Léopards, a été titulaire lors des trois matches de poules et à chaque fois fait parler sa technique hors pair pour sortir l’entrejeu congolais de situations sous pression ou pour distiller des passes millimétrées.

Celui qui a été élu homme du match après la rencontre face à la Tanzanie (0-0) n’a pas boudé son plaisir au moment d’évoquer la performance actuelle des Léopards en Côte d’Ivoire : « Ce qui est important, c’est la qualification [en huitièmes] et c’est une bonne chose pour nos compatriotes qui, nous le savons, nous ont soutenus dans cette aventure difficile », a-t-il déclaré au micro de Canal+ Afrique.

À lire aussiRetrouvez le tableau de la phase finale

« Nous avons eu un groupe difficile avec des équipes solides, mais le travail acharné et le soutien de nos collaborateurs nous ont permis de nous en sortir », a ajouté le milieu offensif congolais. Gaël Kakuta a aussi eu quelques mots pour son sélectionneur, le Français Sébastien Desabre : « Depuis que le coach est arrivé [à l’été 2022], il y a un très gros travail qui a été mis en place. Comme vous pouvez le voir, aujourd’hui c’est l’image d’un autre Congo qu’on donne, je suis fier de mes coéquipiers. »

Parcours tortueux en club

À 32 ans, le Léopard semble épanoui dans son rôle de cadre avec la RD Congo. Une forme d’aboutissement pour un joueur dont la carrière professionnelle n’a, pourtant, pas été un long fleuve tranquille depuis ses débuts.

Issu du centre de formation du RC Lens et présenté comme une future pépite, Gaël Kakuta quitte en catimini les Sang et Or à l’âge de 16 ans pour s’engager avec Chelsea. À l’époque, en 2008, il cède au chant des sirènes des Blues qui l’embauchent au mépris de toutes les réglementations concernant les transferts de mineurs.

Présenté comme un diamant brut, rapidement surnommé « Black Zidane » pour ses dribbles chaloupés, Gaël Kakuta peine finalement à se fixer dans un club. Globe-trotteur du football, il passera par pas moins de 12 clubs – en Espagne, en Angleterre ou encore… en Chine – en un peu plus d’une décennie.

Un parcours tortueux durant lequel le footballeur ne parvient pas à s’imposer durablement, mais un parcours de vie qui lui a permis de grandir, comme il l’expliquait à L’Équipe en 2020 : « Tous ces voyages m’ont permis de parler espagnol, anglais, de comprendre l’italien et d’avoir une base en néerlandais. En Chine, ça m’a endurci. J’ai pris des coups. L’arbitre ne sifflait jamais. Maintenant, j’ai le réflexe de continuer mes actions. En Angleterre, il faut être capable de répéter les efforts. En Espagne, j’ai appris à ne plus précipiter mes gestes. »

Gaël Kakuta trouve finalement de la stabilité dans le Nord de la France, d’abord à Amiens (en 2017-2018 puis 2019-2020) puis dans son club formateur, à Lens (2020-2022) – où il glane le prix Marc-Vivien Foé 2021 pour sa saison de haut vol avec les Sang et Or – avant de finalement retourner… à Amiens à partir de 2022, cette fois-ci pour un contrat de quatre ans.

À lire aussiPrix Marc-Vivien Foé 2021 : le Congolais Gaël Kakuta élu joueur africain de l’année en Ligue 1

Premiers pas chez les Bleuets… puis une sélection tardive avec la RD Congo

Du côté de sa carrière internationale, Gaël Kakuta a d’abord fait ses classes chez les jeunes de l’équipe de France : des U17 aux U20, il dispute plus de 30 matches avec les Bleuets et s’illustre comme l’un des meilleurs joueurs de sa génération. En 2010, il décroche même le titre de champion d’Europe U19, où il est élu meilleur joueur du tournoi. Parmi ses coéquipiers, Antoine Griezmann, Alexandre Lacazette ou encore Cédric Bakambu… qui est actuellement l’attaquant de pointe de la RD Congo.

En 2011, le sélectionneur des Léopards d’alors, Claude Le Roy, le convoque une première fois pour rejoindre les rangs congolais. Mais Gaël Kakuta décline, pensant encore pouvoir être appelé chez les A en équipe de France – ce qui n’arrivera pas. Le temps passe, et en 2016, le meneur de jeu cède finalement aux sirènes de la RD Congo. Il honore sa première sélection en mars 2017 lors d’un match amical contre le Kenya – où il marque sur coup franc.

Un choix qu’il ne regrette pas, comme il l’explique à Téléfoot début 2021 : « À mon arrivée à Séville, je pensais que c’était le bon moment de jouer avec l’équipe de France, mais après la façon dont les choses se sont passées là-bas, la façon dont je suis parti de là, je me suis dit qu’il me fallait une expérience internationale. Je préférais mon pays d’origine et je ne regrette pas du tout ma décision ».

Et l’international congolais poursuit : « À chaque fois que je mets les pieds en RD Congo, c’est la folie. Au pays, les gens souffrent beaucoup. Le foot leur permet d’oublier pendant 90 minutes tout ce qui se passe là-bas. C’est une grande responsabilité pour nous parce que les Congolais comptent énormément sur nous. »

Depuis, Gaël Kakuta compte 19 sélections avec les Léopards, pour trois buts inscrits. Pour son 20e match avec la RD Congo, il tentera de décrocher un billet pour les quarts de finale de la CAN 2024 face à l’Égypte.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *