CAN 2024 : duels à suivre, scenarios possibles… ce qu’il faut savoir avant la 3e journée

CAN 2024 : duels à suivre, scenarios possibles… ce qu'il faut savoir avant la 3e journée

De notre envoyé spécial – Sur les deux premières journées, la hiérarchie du football africain a largement été bousculée. Si le Sénégal a tenu son rang, la Guinée équatoriale, le Cap-Vert ou encore l’Angola font de surprenants leaders de groupe avant la troisième journée qui commence lundi. Groupe par groupe, voici l’analyse des enjeux de la dernière journée.

Publié le : Modifié le :

6 mn

La Coupe d’Afrique commence à 24 équipes mais le couperet va bientôt tomber pour six d’entre elles. Avant le coup d’envoi de la troisième journée de la CAN 2024, seules deux équipes sont déjà officiellement qualifiées – le Sénégal et le Cap-Vert – et une seule éliminée : la Guinée-Bissau.

Groupe par groupe, France 24 fait le point sur la situation avant une dernière journée intense, du lundi 22 au mercredi 24 janvier. Des matches décisifs à suivre avec nos directs commentés.

À lire aussiRetrouvez tous les classements

Groupe A : tout reste à faire entre la Côte d’Ivoire, le Nigeria et la Guinée équatoriale

Comme dans beaucoup de groupes, tout peut arriver dans le groupe A. La Guinée équatoriale est pour le moment installée aux commandes avant d’affronter la Côte d’Ivoire, 3e avec 3 points. Le Nzalang n’a besoin que d’un nul pour s’assurer d’être en huitièmes de finale tandis que les hôtes ont besoin d’une victoire pour être sûrs d’attraper une des deux premières places. Un nul ou une défaite ne seraient pas éliminatoire pour autant. Les Éléphants subiraient juste la honte d’être le premier pays hôte à rallier le 2e tour grâce au repêchage des 3 meilleurs troisièmes.

L’autre match ne sera pas inintéressant. Pour le Nigeria, victoire préférable également pour s’assurer d’un des deux tickets. En face, la Guinée-Bissau est déjà éliminée. Même en cas d’exploit des Lycaons face aux Super Eagles, elle resterait derrière la Côte d’Ivoire, qui l’a battue lors du match d’ouverture (2-0).

Déjà éliminée : la Guinée-Bissau.

Groupe B : le Cap-Vert 1er, le Ghana et l’Égypte en danger

Vaut-il mieux jouer l’équipe assurée d’être première du groupe et qui risque de faire tourner ou l’équipe dernière de la poule, la plus faible sur le papier mais qui a encore une chance de passer ? Une interrogation qui trouvera un début réponse lundi dans le groupe B de la CAN.

L’Égypte affrontera le Cap-Vert, qui terminera 1er quoiqu’il arrive. Privés de Mohamed Salah, les Pharaons ont leur destin entre les mains : une victoire leur assure la qualification. Un autre résultat et cela dépendra de l’autre match.

Il opposera le Ghana au Mozambique. Une équipe à sa portée mais qui a tenu en échec l’Égypte lors de la première journée. Les Black Stars, comme les Mambas, doivent s’imposer pour espérer conquérir la 2e place. Le vainqueur éventuel, avec 4 points, serait quoi qu’il arrive bien placé pour être parmi les meilleurs troisièmes. En revanche, un match nul scellerait probablement le destin des deux équipes.

Déjà qualifié : le Cap-Vert.

Groupe C : finale Sénégal – Guinée pour la 1ere place, le Cameroun doit se réveiller

Déjà qualifié, le Sénégal peut respirer avant son match contre la Guinée à Yamoussoukro. Le seul enjeu pour les Lions de la Teranga sera de sécuriser la 1re place et pour cela, un nul suffit. Il suffit aussi au Syli national pour conserver la 2e place et voir les huitièmes de finale.

À Bouaké, où est délocalisé le second match, le Cameroun aura la pression. Pour les Lions indomptables, la victoire est obligatoire face à la Gambie pour voir la suite de la compétition. Les 3 points leur offriraient une très bonne chance d’être parmi les meilleurs troisièmes, voire, en cas de large victoire, de chiper la 2e place à la Guinée si elle est défaite. Les Scorpions quant à eux ne sont pas encore éliminés : une victoire et la Gambie pourrait encore espérer être repêchée. En 2022, ils n’avaient fallu que 3 points aux Comores et à la Tunisie pour voir les huitièmes de finale.

Déjà qualifié : le Sénégal.

Groupe D : l’Algérie, l’Angola et le Burkina Faso dans un mouchoir

L’Algérie sait ce qu’elle a à faire : battre la Mauritanie. Une victoire et, avec 5 points, elle rallierait les huitièmes de finale. Qu’elle soit 1ere, 2e ou même 3e, ce qui dépendra du résultat de l’autre match. Un nul ou une défaite la mettrait en revanche dans une situation très compliquée.

Dans l’autre confrontation, le Burkina Faso et l’Angola se disputeront la tête du groupe. Mais attention ! Un nul pourrait offrir l’opportunité à l’Algérie de les dépasser sur le fil. Une défaite laisserait le perdant à 4 points, ce qui, depuis trois éditions de la CAN, a toujours été suffisant pour rallier le tour suivant.

Groupe E : le Mali bien placé, la Tunisie en danger

Qui aurait parié que la Tunisie serait dernière du groupe avant le sprint final ? Les Aigles de Carthage devront vaincre l’Afrique du Sud, et espérer que le Mali fasse le travail contre la Namibie pour se qualifier directement. Tout autre résultat compliquerait grandement les calculs, avec au mieux, une 3e place à 4 points.

Pour le Mali, les choses sont plus simples : seule une défaite face à la Namibie les placerait à une délicate 3e place. Quant aux Brave Warriors, une victoire leur assurerait la qualification, sinon il faudra là encore sortir la calculatrice en fonction du résultat de l’autre match.

Groupe F : tout le monde peut prendre sa place

La journée de dimanche a donné lieu à une petit surprise : le Maroc a connu un coup d’arrêt en concédant le nul face à la RD Congo (1-1). Dans le même temps, la Tanzanie a fait match nul contre la Zambie sur le même score. À l’arrivée, les quatre équipes peuvent encore se qualifier.

Le Maroc reste le mieux placé. Actuellement 1er, un nul face à la Zambie lui suffit pour se qualifier. Pour les Chipolopolos, victoire obligatoire en revanche, tout en espérant une défaite de la Tanzanie, ce qui les placerait en 3e position, donc repêchables.

Les Léopards de RD Congo vont de leur côté affronter les Taifa Stars. Pour avoir leur destin entre les mains, la victoire est obligatoire pour les Congolais. La Tanzanie, elle,  peut encore y croire, mais uniquement en cas de victoire.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *