Avion immobilisé dans la Marne : deux passagers indiens du vol présentés à un juge

Avion immobilisé dans la Marne : deux passagers indiens du vol présentés à un juge

Deux des 303 passagers indiens de l’avion cloué au sol dans la Marne depuis jeudi et en provenance des Émirats arabes unis vont être présentés à un juge d’instruction lundi en vue d’une possible mise en examen, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Publié le :

4 mn

Bientôt des suites judiciaires après l’immobilisation d’un avion dans la Marne ? Deux des 303 passagers indiens de l’avion cloué au sol depuis jeudi sur des soupçons de traite d’être humains vont être présentés lundi 25 décembre à un juge d’instruction en vue d’une possible mise en examen, la vaste majorité des autres passagers devant pour leur part décoller vers l’Inde dans la journée.

Une information judiciaire pour aide à l’entrée et au séjour irrégulier d’étrangers sur le territoire en bande organisée et participation à une association de malfaiteurs a été ouverte par la Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco), a précisé le parquet de Paris à l’AFP.

Ces deux hommes, nés en 2000 et 1984, avaient été placés en garde à vue vendredi, soupçonnés d’avoir joué un rôle dans ce qui pourrait être une filière d’immigration clandestine. Le parquet a demandé leur placement en détention provisoire.

Retour à Bombay

L’avion, dont la saisie a été levée par la justice dimanche, « devrait partir dans la journée », a indiqué la préfecture de la Marne. Il doit prendre la direction de Bombay, a précisé Liliana Bakayoko, l’avocate de la compagnie aérienne, Legend Airlines. « Nous avons obtenu ce (lundi) matin l’autorisation de vol de la part des autorités indiennes mais nous sommes encore dans l’attente du créneau horaire. »

L’appareil est toujours stationné lundi matin sur la piste du petit aéroport de Vatry, à 150 km de Paris. Une passerelle d’embarquement a été installée. De premiers passagers ont commencé à passer la porte d’embarquement, ont précisé l’avocate et la préfecture.

Des autorisations ont été obtenues par la compagnie pour 301 des 303 passagers du vol, « exception faite des deux personnes placées en garde à vue », a précisé Liliana Bakayoko.

Tous ne monteront vraisemblablement pas à bord, puisque les demandeurs d’asile, 12 dimanche en fin d’après-midi selon une source proche du dossier, devraient être transférés vers une autre zone d’attente. Parmi ces demandeurs d’asile figurent cinq des onze mineurs non accompagnés (MNA) passagers du vol, a indiqué à l’AFP l’Association d’accompagnement éducatif de la Marne, nommée administrateur ad hoc de ces mineurs.

En outre, selon Liliana Bakayoko, « un certain nombre de personnes ne souhaitent pas partir vers l’Inde, ils sont très mécontents, ils souhaitent aller au Nicaragua », où les premiers Indiens auditionnés dimanche avaient dit vouloir se rendre pour du tourisme.

L’Airbus A340 de la petite compagnie roumaine Legend Airlines ne devait initialement effectuer qu’une escale technique d’une heure à Vatry, le temps de faire le plein sur son trajet reliant Dubaï (Émirats arabes unis) à Managua (capitale du Nicaragua). Mais il y a été immobilisé à la suite d’un « signalement anonyme » selon lequel des passagers étaient « susceptibles d’être victimes de traite d’êtres humains » en bande organisée, avait indiqué le parquet de Paris vendredi.

« Ma crainte, c’est qu’on les remette dans l’avion, et après ? »

« On ne sait pas si c’est de la traite d’êtres humains, du trafic de migrants ou ni l’un, ni l’autre… Mais on a quand même gardé dans un aéroport, pendant trois nuits et trois jours, 303 personnes qui étaient en escale, des hommes, des femmes et des enfants. C’est surprenant », a réagi dimanche auprès de l’AFP Geneviève Colas, coordinatrice pour le Secours catholique-Caritas du Collectif contre la traite des êtres humains.

La préfecture de la Marne souligne que des lits individuels, des toilettes et des douches ont été installés dans la zone d’attente de l’aéroport créée de toutes pièces pour faire face à cette situation inédite, ainsi qu’une « zone ‘famille’ pour assurer l’intimité parent-enfant ».

Mais Me François Procureur, bâtonnier de Châlons-en-Champagne, s’est ému dimanche de « problèmes d’exiguïté et de mauvaises conditions de vie ».

« Ma crainte, c’est qu’on les remette dans l’avion, et après ? S’ils sont vraiment victimes de traite, ce n’est pas normal de simplement les faire repartir vers un autre pays », juge Geneviève Colas.

La justice avait remis en cause dimanche la légalité de la procédure maintenant les passagers dans cette zone d’attente, la jugeant illégale pour trois premiers passagers auditionnés par un juge des libertés et de la détention.

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *