À Paris, l’emblématique tour Eiffel fermée en raison d’une grève

À Paris, l'emblématique tour Eiffel fermée en raison d'une grève

À quelques mois des Jeux olympiques, la Dame de Fer est fermée lundi en raison d’une grève reconductible. Les syndicats accusent la mairie de Paris, qui gère la quasi totalité de la Société d’exploitation de la tour Eiffel, de mauvaise gestion financière.

Publié le :

2 mn

La tour Eiffel est fermée à partir de lundi 19 février en raison d’une grève reconductible, ont annoncé à l’AFP les deux organisations syndicales représentatives du personnel, dénonçant la gestion financière du site, tout en faisant planer la menace d’une grève pendant les Jeux olympiques organisés à Paris.

La CGT et Force ouvrière (FO) demandent à la mairie de Paris, actionnaire majoritaire de la Société d’exploitation de la tour Eiffel (Sete), d’être « raisonnable au niveau de ses exigences financières afin d’assurer la pérennité du monument et de l’entreprise qui le gère ».

L’accès à la Dame de Fer est fermé pour la journée, a confirmé le personnel d’accueil à l’AFP sur place.

Les syndicats, qui avaient déjà initié une grève fin décembre, le jour des 100 ans de la mort de Gustave Eiffel, dénoncent un modèle économique « trop ambitieux et intenable » avec une « sous-évaluation des budgets travaux », couplée à une « sur évaluation des recettes ».

À lire aussiEn vue des JO, la tour Eiffel s’offre une cure de jouvence et des effets plus « dorés »

Selon la CGT et FO, ce modèle « est devenu invivable suite à la période Covid qui a amputé le monument de 120 millions de recettes issues de la billetterie ».

« Dégradation inquiétante du monument »

Les syndicats interpellent la direction sur l’état du monument malgré les travaux de restauration en cours : « de nombreux points de corrosion sont visibles, symptômes d’une dégradation inquiétante du monument », et ce alors que « la dernière campagne de peinture, gage principal de la conservation du monument, a vu ses coûts de réalisation s’envoler » avec « 100 millions d’euros investis pour une campagne de peinture partielle avec seulement 3 % du monument décapé ».

Ils réclament la création d’un « fonds de dotation spécial en prévision des dépenses colossales qui seront nécessaires dans les décennies à venir ».

À voir aussiGustave Eiffel : l’homme derrière la tour

Avec AFP

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *